topblog Ivoire blogs

30/09/2012

Verone Mankou, le steve Jobs congolais ?

Vendredi soir, après le journal televisé de télé congo, juste au moment où je m’appretais à changer de chaine pour ne pas vivre un autre moment de propagande gouvernementale, j’entends que l’invité de l’émission « le chemin d’avenir » est Verone Mankou. Ayant déjà lu ce nom sur internet, j’ai attendu pour voir à quoi ressemblait le type. J’ai fini par suivre toute l’émission étant admiratif devant le parcours de ce jeune homme de 26 ans. Il m’a fait repenser aux histoires des débuts de Google ou Yahoo, mais cette fois ci au Congo, à coté de chez moi.

images (1).jpgC’est l’histoire d’un jeune entrepreneur, passionné des ntic, qui déjà en 3e aidait les étudiants en année de Bts informatique à préparer leur examen. Un natif de Pointe-Noire, qui a touché son 1e million à 17 ans pour avoir créé un site web pour le Cfco, puis 10 millions à 20 ans pour avoir vendu à un « prix naif » une application web à une entreprise occidentale. Un congolais qui sans le savoir, avec peu de moyens, travaillait au même moment que Steve Jobs à la conception d’une tablette tactile. Le sien a été rejeté pour quelques manquements quelques semaines avant qu’Apple présente l’Ipad. Ce qui certainement l’a inspiré pour finaliser son travail. Un africain qui avec sa société Vmk mettra bientôt sur le marché un smartphone appelé « elikia ».

Je suis fier de ce garçon. Peu importe ce qu’on en dit d’autres : plagiat, proche du pouvoir, pion d’un enfant Sassou et du ministre Adada, ou je ne sais quoi d’autres. Tout ce que je retiens : Il travaille, on en voit les résultats et il avance. Le Congo et l’afrique ont besoin de ce genre de modèle, des gens qui font avancer les choses. Je dirai la même chose de Sassou s’il venait à faire de son ranch une véritable industrie qui nourrit les congolais à moindre cout. Car au point où nous en sommes, nous avons d’abord besoin de producteurs de résultats positifs. La distinction du style made in Congo suivra naturellement.

D’ici à la fin de l’année, je finirai par me prendre son smartphone Elikia par solidarité. Et je vous encourage à faire de même. Je me réjouis de ce que notre ministre des Ntics l’ait engagé comme conseiller sans tenir compte de son âge. A sa place j’aurai fait autant.

25/09/2012

Promouvoir la diversité d’opinions et l’excellence par le web au Congo Brazzaville

Lorsque je résidais à l’étranger, je visitais régulièrement Congo-site.com pour m’informer sur le Congo. Je suis conscient que ce site web gouvernemental, tout comme la télévision d’état donne l’information officielle sur un fond de propagande. Quand l’intellectuel que je suis, veut écouter une autre opinion sur un sujet donné, il se retrouve sur des sites où le débat semble personnalisé avec des versions de l’actualité qui ressemblent parfois à des hallucinations au point d’enlever toute crédibilité au dit site. Cela se ressent également devant les unes des journaux locaux et c’est décourageant.

lib expression.jpgDans une démocratie, on doit trouver une diversité d’opinions sur un ton responsable. Cela me manque au Congo! Aussi, je pense que le pays a besoin de plusieurs sites web généralistes qui fassent parler tout le monde sans parti pris. Un site qui permettra à chacun de donner sa version de l’histoire. Un site web « qui rendra le peuple intelligent pour qu’il devienne souverain ». Ok ! Cette dernière phrase est utopique, l’idée est de tendre vers cet idéal.

Le défi sera de se battre à être neutre, faire parler tout le monde, promouvoir les initiatives de développement et les réussites, informer sur l’exécution des projets pour mettre la pression aux gouvernants et inciter à la bonne gouvernance.

Quand vous parcourez le web ouest africain, vous trouvez des sites qui tendent plus ou moins vers cet idéal. Il y’en a qui rapportent les articles des journaux de tous bords et d’autres qui produisent leur propre contenu en conduisant les lecteurs à s’interroger sur des questions d’actualité, à échanger avec d’autres.

C’est difficile d’être indépendant au Congo, un si petit pays. En pratique, un tel site web a besoin de moyens. Il lui faut le soutien d’investisseurs idéalistes qui encouragent la diversité d’opinions.