topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21/12/2009

Je suis chrétien évangélique et je ne paie plus la dîme

L’un des faits marquants de ma vie chrétienne cette année est l’arrêt du paiement de la dîme. J’avoue que je n’avais encore jamais médité sérieusement sur la question. Il y’a tellement de versets bibliques qui parlent du mot dîme avec des recommandations que je trouvais différentes (Nombres 18.21 ; Deutéronome 14.23 ; Deuteronome 26.12) et tout cela m’embrouillait à première vue. J’abandonnais en estimant que cela n’était pas le sujet de méditation prioritaire, vu que donner à celui qui m’a donné en premier est à mon sens un acte de reconnaissance légitime.

argent.jpgDepuis toujours, des serviteurs de Dieu que je respecte encore m’ont enseigné que la dîme est « l’impôt de la maison de Dieu » et qu’elle représente 10% du revenu. L’ancien testament parle de la dîme et des bénédictions qui s’y rapportent, donc il y’a pas de problèmes. Quand j’ai entendu une sœur déclarer qu’elle ne croyait pas aux fondements bibliques de la dîme dans notre époque, je l’ai trouvé étrange. Un jour sur Topchretien.com, je lisais les commentaires des internautes sur une exhortation où il y’avait un paragraphe sur la dîme, j’ai réalisé que cette sœur n’était pas seule. Voulant comprendre leurs arguments, j’ai cliqué sur un lien que quelqu’un avait proposé pour soutenir sa thèse « anti-dîme ». J’ai lu le document, j’ai réfléchit et j’ai décidé de ne plus payer la dîme.

En effet, j’ai compris en lisant ce document que selon la loi de Moise, la dîme se payait en nature et non en argent comme aujourd’hui (Deutéronome 14. 24-27). Elle se payait au temple, or je suis devenu moi-même le temple de Dieu dans la nouvelle alliance (1 cor3.16). Elle bénéficiait entre autre aux lévites, j’en suis devenu un (Apoc5.10).

Avant la loi, mon attention a été attirée par le fait qu’Abram l’incirconcis, et non Abraham le sacrificateur, a volontairement donné au sacrificateur Melchisedek, la dîme (en nature) de son butin de guerre et non celui de son travail.

Depuis 6 mois que je vis ainsi, j’ai pas le sentiment d’avoir gagné dans mon budget, mais en liberté dans ma tête. Lorsqu’on parle de la dîme à l’église, je ne me sens plus concerné. Je considère cela comme une simple différence dans l'interprétation biblique de la question et j’évite de me retrouver dans débats inutiles. Je reste cependant convaincu de mon devoir de participer avec mes biens à la vie et à la croissance du « royaume ».

Le livre que j’ai lu est : « Les enfants de Dieu doivent-ils payer la dîme ? » de Jean Bernard Thierry Huet. Il est disponible ici

 

10/10/2008

L'affaire Onel Mala

C’est peut être le nom qu’on donnera pudiquement bientôt à ce feuilleton que nous fait vivre depuis quelque temps le journal people Star magazine. Tout a commencé, si l’on peut considérer cela comme le début de l’histoire, par un titre choquant à la une du journal en début septembre : « Délit d’adultère, Onel Mala arrache la copine d’un autre chantre et abandonne son épouse et ses enfants dans un ghetto ». 48h après, on apprenait que l’artiste avait fait une descente agressive et inappropriée dans les locaux du groupe olympe. onel-mala.gifCe qui a été une grave erreur. On ne fait pas la guerre avec des journalistes lorsque la fumée est dense, pire avec un journal people. Le genre de journal où travaillent des artistes de l’intox et du scandale, des gens qui savent être aussi nuisible qu’un journal à la solde d’un état totalitaire.

Les épisodes se sont alors enchaînés. Les difficultés de son couple se sont retrouvées sur la place publique. Ce qui doit être embêtant pour tout être responsable, je suppose ! Accompagné de Germain Kiper, un autre artiste chrétien, l’artiste a fait un démenti sur la première chaîne de télévision ivoirienne. L’interview de sa femme quelques jours après a tout remis en question. Aujourd’hui les commentaires vont bon train dans la rue abidjanaise. On parle d’une convocation pour le divorce le 20 octobre prochain au tribunal d’Abidjan.

C’est très embêtant d’en parler. Lorsqu’on reconnaît soi même ne pas avoir atteint la perfection. La bible dit : 1 corinthiens 5.12 « Qu'ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N'est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? ». Cette histoire et le débat qu’il suscite fait le bonheur de ceux qui aiment jeter la pierre à l’église. Un homme aussi populaire qu’il soit, a failli, ce n’est pas l’église. Ne faisons donc pas d’amalgames. Sa popularité a fait exposer son péché, alors que d’autres scandalisent juste le voisinage immédiat, mais c’est le même péché. Prions que Dieu ramène les cœurs à l’obéissance à sa parole et que tous ceux qui prétendent le servir le fasse en esprit et en vérité, quelque soit la pression des projecteurs.