topblog Ivoire blogs

31/03/2011

Les consulats du Congo Brazzaville et de la Cote d’Ivoire au Benin ne sont pas référencés dans l’annuaire 2010

Il faut dire que ça a été un coup de chance ou plutôt une grâce divine pour trouver les consulats du Congo Brazzaville et de la Cote d’Ivoire, lorsque je suis arrivé au Benin. Ne connaissant personne dans la ville à l’exception de la famille béninoise qui nous a accueilli, j’ai cherché vainement dans les annuaires béninois les adresses des consulats du Congo et de la Cote d’Ivoire.

J’ai fini par les avoir en demandant juste par hasard à des beninois dans la rue. Dans les 2 cas, ils ont appelés leurs contacts avec leurs propres téléphones pour m’obtenir  ces adresses. J’ai été épaté par cet empressement des béninois à renseigner un frère africain égaré.  

Pour ceux que ça intéresse. Le consulat du Congo Brazzaville se trouve non loin du Carrefour Belier. En allant à Porto Novo, vous prenez à droite dudit carrefour comme si vous allez à la plage puis vous entrez dans la 2e rue à votre droite. Vous verrez une villa avec le drapeau congolais dessus. Telephone : 21 33 24 51 / 95 42 44 34 / 93 43 60 12

Celui de la Cote d’Ivoire se trouve à Akpakpa, dans le même immeuble que la direction de l’elevage (le zemidjan se retrouvera) Telephone : 21 33 55 17

28/03/2011

Retour au pays : Obligé de quitter Abidjan

Du fait de la crise post-électorale ivoirienne, la situation sécuritaire et sociale ne cessait de se dégrader dans la capitale Abidjan. Les 2 camps (Ouattara et Gbagbo) étaient tellement bloqués sur leurs positions que la seule option que je voyais était la confrontation armée.  Je résidais dans un quartier qui a voté gbagbo à une forte majorité. Il est souvent menacé et attaqué par les jeunes pro Ouattara du quartier Koumassi Campement. Dans la confusion, on ne peut prévoir si c’est le voisin ou l’assaillant extérieur qui aura l’idée de t’attaquer. En ville, l’action « vie humaine » avait perdu toute sa  valeur.  Dans certaines communes comme Yopougon on risquait de subir l’article 125 bêtement (pétrole à 100 fcfa, allumettes à 25 fcfa + de vieux pneus pour « braiser » quelqu’un).

Au milieu de tout ça, il y’avait plus d’activités économiques. Je ne voyais plus rien passer. Le reflexe de survie dans cet environnement dangereux que j’étais pas obligé de vivre a facilité la décision : Rentrer dans mon Congo natal, provisoirement ou définitivement… On y pensera plus tard

PICT0373.JPGJ’ai quitté la maison autour de 7h et demi le vendredi 25 mars. Mon ami devait me déposer à Elubu la première cité ghanéenne après la frontière. Nous étions avec  un gendarme ivoirien qui se rendait à Aboisso. Entre le grand carrefour de Koumassi et la sortie d’Abidjan. On a été arrêté par les 7 barrages des jeunes patriotes (partisans de Gbagbo) que nous avons rencontré. Ils ont contrôlé nos pièces d’identité et demandé ce qu’il y’avait dans mes bagages. A chaque fois, ils ne l’ont pas fouillé certainement à cause du gendarme qui était avec nous. Bien sur, ils nous laissaient passer après avoir demandé de l’eau pour le « travail de sécurisation » qu’ils font.

A Grand Bassam, nous n’avons pas rencontré de barrage. C’est à l’entrée de Bonoua qu’il s’est passé quelque chose qui m’a choqué. A un barrage des  « patriotes » (supporters de Gbagbo), le gendarme a présenté ses pièces et un civil assez âgé, l’a répondu : « On s’en fout, descendez comme même on va vous fouiller ». Nous avons bien garé le véhicule et lorsqu’on a ouvert les portières pour descendre il nous dit : « C’est bon, c’était juste pour voir si vous êtes obéissants ». Cette scène m’a écœuré. C’est pas ça la Cote d’Ivoire que j’ai connu. Elle a peut être ses défauts, mais je l’ai jamais vu autant marcher sur la tête.

A la frontière du coté ghanéen, je me suis fait arnaquer par le fonctionnaire ghanéen de l’immigration. Il me dit que le visa de transit est à 15 000 fcfa. On l’a dit que c’est pas ce que son ambassade nous avait dit au téléphone. Il dit qu’il nous laisse ça à 13 000 fcfa, sinon on peut rebrousser chemin. Après avoir payé je me rends compte plus tard qu’il avait marqué 30 ghana cedi sur mon reçu soit un peu moins de 10 000 fcfa.

PICT0391.JPGJ’ai  apprécié les mini cars climatisés de marques américaines que les ghanéens utilisent pour transporter les voyageurs de la frontière jusqu’à Accra (6h de route environ). Le tarif était de 25 ghana cedi. Il parait qu’il a doublé du fait de l’affluence des voyageurs ivoiriens. Nous sommes arrivés à Accra aux environs de 21h ayant laissé notre chauffeur avec ses 2 pneus crevés, heureusement, à l’intérieur de la ville.

 

30/12/2010

En 2011, je me sacrifierai moins pour Okibourse

Depuis décembre 2006, je publie sur internet des articles en rapport avec l’Entrepreneuriat et la bourse sur le site Okibourse.Com qui s’appelait avant Okibat.Com. Il y’a un an je vous donnais une idée de ce qui allait être fait en 2010 ici.

Dans l’ensemble, les principaux objectifs ont été atteints. Sur le plan académique j’ai finalement soutenu ma thèse de doctorat d’état en médecine. En ce qui concerne la bourse et le web, je me réjouis du résultat encourageant que devrait faire le club d’investissement « Club Croissances » cette année. Avant d’avoir le résultat annuel exact, mon tableau indique que la valeur de notre compte titres a augmenté de plus de 300% les 12 derniers mois et qu’elle vaut au moins 23 fois le petit montant avec lequel nous avons commencé en mai 2009. Je rends grâce à Dieu pour tous les membres et partenaires du club. Vivement que ça continue et que la vision soit atteinte !

J’ai apporté quelques améliorations au site Okibourse.Com. J’ai fait évoluer son trafic dans la mesure de mes moyens pour le rendre assez attractif pour les investisseurs, vu que je comptais en faire une entreprise en cette fin d’année. Malheureusement ce dernier objectif n’a pas été atteint et je pense à réactualiser le projet probablement en fin 2011. En attendant, je continuerai de mettre à jour le site, mais sans effort, sans sacrifice. L’essentiel de mes chroniques boursières seront destinées aux organes de presse et autres entreprises qui en feront la demande. Le reste du temps sera consacré à mes activités académiques et médicales.

En 2011, je devrai donc porter davantage ma blouse et faire plus attention à ce que me rapporte mon amour pour la bourse. Je présente mes excuses à tous ceux que cette cassure va déranger.

Joyeuses Fêtes et Excellente Année 2011 à tous

04:15 Publié dans Okibat | Lien permanent | Commentaires (3)

19/11/2010

Les confidences de Bechir Ben Yahmed, le fondateur de Jeune Afrique

Il a fondé son magazine en 1960 sous le nom Afrique Action, avant de lui donner le nom de Jeune Afrique 1 an plus tard. J'ai lu attentivement les 5 pages de cette interview qu'il a accordé à Christophe Boibouvier. Je suis admiratif face à l'entrepreneur qui a tenu la boite pendant 50 ans malgré les difficultés rencontrées avec certains dictateurs africains, qui n'appréciaient pas toujours les articles. Je veux ici garder les 3 secrets qu'il a donné sur la longevité du journal.

Bechir_Ben_Yahmed.jpg

- "Il faut équilibrer les revenus et les charges. Depuis cinquante ans que je m’occupe de l’entreprise Jeune Afrique – car, il ne faut pas l’oublier : c’est une entreprise –, j’ai consacré au moins la moitié de mon temps à la gestion. Je ne suis pas un très grand gestionnaire, mais les études que j’ai faites me permettent de savoir ce qu’est un bilan de société et comment bien gérer une entreprise de presse."

- "j’ai eu la chance de pouvoir cumuler les deux fonctions principales d’un journal : la gestion et la rédaction en chef. J’ai appris, j’aime ça, et je crois que je sais le faire. Or, comme vous le savez, cela n’existe presque plus, y compris en France depuis la disparition d’Hubert Beuve-Méry [ex-directeur et fondateur du Monde], qui est mon maître à penser, et le départ de Jean-Jacques­ Servan-Schreiber [ex-directeur de L’Express]. Même Robert Hersant n’a pas rassemblé les deux casquettes. Au Nouvel Observateur, c’était un duo : Claude Perdriel et Jean Daniel.

Le cumul des deux fonctions est un grand atout, mais c’est aussi un inconvénient sérieux, parce qu’un rédacteur en chef est porté sur la dépense, alors qu’un directeur de gestion est fortement enclin à la freiner. Ayant été davantage rédacteur en chef, j’ai souvent commis l’erreur de trop dépenser."

- Le troisième secret, c’est qu’il ne faut rien faire d’autre. Il faut y consacrer toute sa vie, douze heures, quinze heures par jour, pendant des années. J’ai quitté la politique, j’ai quitté les affaires, j’ai tout quitté pour ne faire que cela depuis cinquante ans.

A coté de cela, il y'a les sacrifices pour la survie du journal, lorsqu'il avait touché le fond. Respect!

On sent également dans le discours, la liberté de parole d'un type qui ne crains rien, qui a tout vu et dont le carnet d'adresses est bien garnit.

Cliquez ici, si l'interview vous intéresse aussi

18/11/2010

Quand la région de Duekoue se transforme en nid de violeur

Avenue225 - La ville de Duékoué et sa banlieue passent pour être la zone du pays où le viol des femmes de tout âge confondu est devenu monnaie courante depuis l’éclatement de la crise en 2002. Ce fléau a pris un coup d’accélérateur en 2009 avec l’avènement de deux nouveaux types de viols à savoir les viols de mineur et les « viols ciblés » qui selon le préfet par intérim de Duékoué Kouamé Bi Tibet Robert, se déroule au moment des braquages. « Il vont barricader les routes qui mènent aux campement de certains groupes ethniques où ils barricadent les voies d’accès munis d’arme de guerre, s’attaquent aux personnes, les dépouillent de tous leurs biens avant de procéder à un viol systématique de tous ce qui est femmes » dénonce l’administrateur. Thèse confirmée par dame M O...lire la suite

*********

Il faut que ça cesse. Que les autorités de la région prennent leurs résponsabilités. Je soutien la castration des violeurs recidivistes et des violeurs d'enfants.

30/10/2010

Si vous voulez creer la richesse

Les gens » riches » croient: “ Je crée ma vie”
Les gens « pauvres » croient: “Je suis dépendant des circonstances de la vie”

Croyez moi : pour moi, la pauvreté est l’absence de la connaissance sur la »richesse »et la richesse est par contre l’absence de la connaissance sur la pauvreté (rires)

Si vous voulez créer de la RICHESSE, il est impératif que vous soyez aux commandes de votre propre VIE, et spécialement de votre vie :Spirituelle /Professionnelle/ financière/Sociale.

Si vous ne croyez pas cela, c’est que vous devez croire que vous avez peu d’influence sur votre vie. Par conséquent peu ou pas de contrôle sur votre succès. CE N’EST PAS UNE ATTITUDE DE RICHE !

Au lieu d’être responsable de ce qui ne va pas dans leurs vies, les pauvres aiment jouer le rôle de la victime.

Comment pouvez-vous voir quand quelqu’un joue la victime ? Il y a 3 indices naturels :
Indice de victime  n°1: Ils blâment
Indice de victime  n°2: Ils justifient
Indice de victime n° 3: Ils se plaignent

Cela vous parait familier ? Avez-vous déjà vu quelqu’un se comporter de la sorte? Blâmer, justifier et se plaindre, ne sont rien d’autres que des facteurs réducteurs de stress. Ce sont des manières de soulager le stress qui vient de l’échec.

Pensez-y : si une personne n’échouait pas d’une certaine façon, devrait-elle blâmer, justifier ou se plaindre. La réponse est évidente : NON

En fait avez-vous remarquez qu’une personne vraiment riche se positionne en victime!!!
JAMAIS.Si vous voulez atteindre la richesse dans votre vie, il est impératif que vous choisissiez bien vos pensées et vos mots sagement.

J'ai reçu ce mail d'un ami qui anime le blog "talentdafrik.com"

11:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

22/09/2010

Okibourse organise sa levée de fonds

levee.jpgAprès avoir travaillé à développer le site Okibourse.Com de façon informelle avec ses propres moyens, le fondateur d’Okibourse.Com organise une levée de fonds pour professionnaliser le site. Cette opération donnera naissance à Okibourse SA, une société anonyme au capital de 30 millions, sur un montant total de 45 millions à lever.

Plusieurs investisseurs seront mis à contribution avec des apports minimum de 3 millions FCFA. Les échanges sont déjà en cours avec les particuliers et entreprises qui désirent prendre des participations dans Okibourse SA. L’assemblée constitutive de la société et le décaissement effectif des fonds, se feront en début novembre. Avant cela, vous pouvez encore nous rejoindre si l’objectif de la levée (45 millions) n’est pas encore atteint. Les effets de ces capitaux devraient s’observer sur le site à partir de décembre prochain. Le plan d’affaires prévoit que la nouvelle entreprise sera bénéficiaire dès la 2e année d’activité...lire la suite

14/09/2010

Opportunité : Internet à moindre cout

fixnet.jpg

Actuellement Mtn offre aux ivoiriens la connexion internet à partir de 5 000 fcfa/mois après l’achat d’un poste téléphonique Fixnet à 48 000 FCFA. Plus d’infos ici

Un particulier vous offre ce poste à seulement 30 000 fcfa. Il est neuf, avec le carton et le sachet d’origine. Vous aurez en plus la connexion internet gratuitement jusqu’au 06 octobre. Saisissez rapidement cette offre en m’appelant au 03 34 94 60.

19/08/2010

L’inévitable levée de fonds pour le développement d’Okibourse.Com

chemin long.jpgEn décembre 2006, j’ai créé le site Okibat.com pour partager ma passion pour la bourse et mon apprentissage dans l’entreprenariat. En 2008, avec des moyens très limités, j’ai initié un service web immobilier pour rentabiliser Okibat, à partir de la société Okibat Group Sarl. Ça n’a pas marché. J’en ai tiré des leçons et j’en paie encore certaines conséquences à ce jour.

Avant de fermer les portes d’Okibat Group Sarl, j’ai pensé à fractionner la vision et emprunter une autre voie d’abord. Considérant la sagesse « Ce que tu ne peux pas faire seul, communiques la vision à un groupe pour qu’il le réalise avec toi », j’ai initié le club d’investissement Club Croissances avec l’objectif d’en faire une société de gestion de fonds. Nous marchons vers le but et à ce jour, 16 mois après tout se passe très bien, tant au niveau financier qu’organisationnel.

Au début de l’année 2010, j’ai décidé de commencer une nouvelle page de l’aspect « actualités économiques et boursières + services associés » en transformant Okibat.Com en Okibourse.Com.  La transition s’est bien faite. Okibourse.Com par son nom et son contenu d’un meilleur niveau, véhicule une meilleure image. Malheureusement, cela ne suffit pas pour réaliser « la vision ». Je pense avoir atteint le stade où mes capacités individuelles pouvaient l’emmener. Maintenant, il faut d’autres ressources humaines et financières pour continuer.

Au-delà, du service rendu à une communauté, et qui pousse plusieurs internautes à nous envoyer des sms et des emails d’encouragements et de remerciements, le site Okibourse.Com et le reste du projet qui n’est pas encore mis en œuvre, a un potentiel économique énorme. Et, ce potentiel doit être exploité maintenant, pour accéder plus facilement à la plus haute place du podium.

Comme j’ai eu à le faire pour Club Croissances, j’organiserai une réunion en septembre avec tous ceux qui veulent investir leur argent dans Okibourse et le rentabiliser progressivement. Une société dénommée Okibourse S.A devrait voir le jour dans les prochains mois, pour réunir tous ses investisseurs autour de la vision.

J’espère vous compter parmi nos actionnaires.

Euclide Okolou

18/08/2010

Je n'ai plus peur d'être minoritaire

9782708125193_medium.jpg?1215165030Ces derniers jours j’ai utilisé mon temps libre et parfois celui où il fallait vous servir à lire le livre « Capital Risque : Mode d’emploi ». Visiblement le livre a été écrit à la fin des années 90, bien que le site marchand ait parlé de 2003. Peu importe! j’ai aimé. Le capital risque est ce à quoi je pensais entre autres depuis le lycée sans le savoir : Aider les porteurs de projets ou les jeunes entreprises financièrement en entrant dans leur capital et les soutenir techniquement, tout en les permettant de racheter ou de faire acheter notre participation par d'autres personnes.

Ça existe depuis longtemps. Et je trouve ce moyen noble, en ce sens que non seulement, on crée de la richesse pour soi même, par la rentabilité du projet. On permet également à un individu ou groupe d’individus de produire de la richesse pour eux même, et pour la communauté à travers les emplois qui sont créés et la disponibilité des produits ou services proposés par la nouvelle entreprise. C’est plus efficace socialement que de gaspiller de l’argent pour permettre aux jeunes désoeuvrés d’organiser une manifestation d’hommage à un ministre ou un député.

En parcourant, le livre j’ai vu à quel point les occidentaux soutiennent ce genre de système au niveau fiscal. Les détenteurs de capitaux confient donc avec « tranquillité » leurs fonds à des bons gestionnaires de leur choix. Je gagne en aidant l’autre à se developper.

Il y’a quelques mois je vous avais partager ici, la réflexion sur les 5 façons de devenir riche. Dans cet exposé l’auteur indiquait que l’entreprenariat peut enrichir plus que tous les autres moyens cités mis ensemble. J’ai vu qu’en fait ceux qui aident au développement d’une entreprise en entrant dans son capital, partagent le risque de l’entrepreneur, donc également son potentiel. Ils diversifient donc sources d’enrichissement pour devenir encore plus riche. Ce n’est pas sorcier.

2.jpgJ’avais déjà pris conscience de la nécessité d’inviter d’autres personnes pour nous aider à réaliser les projets qui nous tiennent à cœur. Après avoir lu ce livre, j’ai réalisé qu’un projet ambitieux demande parfois d’énormes moyens financiers. Le type de moyens où son promoteur devient parfois impuissant pour garder la majorité du capital. Il faut l’accepter, pour que se réalise le rêve. Bill Gates n’est pas actionnaire majoritaire de Microsoft. Kosciusko-Morizet n’a même pas la minorité de blocage dans Priceminister.com qu’il a créé au début des années 2000 avec ses amis.

Au fond je pense que cela participe à la pérennité de l’entreprise, en ce que le propriétaire réel est un groupe d’actionnaires qui ne pense que maintien de l’activité et rentabilité. Là où l’individu fondateur aurait pu se contenter d’un niveau de rentabilité confortable qui lui permette de changer de voitures chaque mois ou de fréquenter des hotels de luxe avec toujours de nouvelles conquetes, les actionnaires eux penseront croissance externe. Parce que gagner de l’argent encore et encore est leur devise. pour les satisfaire il faut continuer à se developper.

Je n’ai plus peur d’être minoritaire.

05/08/2010

Projet et barrière à éliminer

Les gens viennent sur le site Okibourse.Com à la recherche des informations économiques. 70% des visiteurs viennent des moteurs de recherche, principalement Google. 15% connaissent déjà le site et viennent directement. Combien parmi ces personnes veulent savoir ce que je pense du cours actuel de telle valeur cotée ? Combien aimeraient être informés de telle décision d’une société qui va impacter son cours en bourse ? etc…

L’information sur Okibourse.Com restera gratuite sauf celle qui peut impacter une décision d’investissement. Celle là sera réservée à ceux que ça intéresse. Nous avons créés un système d’abonnement pour eux. Il sera gratuit quelques semaines, probablement jusqu’à la fin août, avant de devenir payant.

Paypal-reflexe-securite2009.gifLe prochain défi qui nous tourmente déjà la tête est celui du moyen de paiement. Nous avons essayé Paypal, Africards et Mtn Mobile Money pour vendre notre ebook en ligne et le résultat a été médiocre. Plus que n’a été la vente par rechargement téléphonique l’an passé. Les web-marketeurs disent qu’un internaute intéressé qui quitte votre page de vente sans laisser son contact risque de partir à jamais, et ils ont raison. Nous avons reçu des appels des gens qui le voulaient forcément en support papier ou d’autres qui étaient découragés à l’idée de se déplacer jusqu’à une agence Mtn Mobile Money quelque part pour la transaction. Nous avons dû arrêter la vente du livre en format électronique et tout mettre en œuvre pour l’éditer sur support papier.

Il reste la solution Etranzact qui on le sait ne répondra même pas à 20% de nos besoins lorsqu’on connaît le faible taux de penetration et d’utilisation de solution electronique de paiement.

30/07/2010

Club Croissances va s'ouvrir à d'autres investisseurs

Le club d’investissement en bourse « Club Croissances » va s’ouvrir à d’autres investisseurs dans quelques semaines. Le montant minimum pour nous rejoindre sera d'1 million de FCFA, rien à voir avec les 60 000 FCFA qu’on demandait lors de sa création en avril 2009. Le club a fait du chemin depuis…Ceux qui ont hésité au démarrage du train sont restés à la gare. Reste à savoir, si vous qui le voyez venir ou passer, saisirez l’occasion (Je suis à votre disposition pour plus d’informations).

th_daya.JPG

 

La décision devra être officielle en début septembre. Nous allons nous ouvrir à d’autres investisseurs qui auront un statut de « Partenaires », sans pouvoir de décision sur la vie du club. Ils profiteront juste de son rendement proportionnellement à leur investissement. Le nombre de ces partenaires sera strictement limité à une ou deux dizaines.

 

Le but de cette ouverture est de nous permettre de mobiliser plus d’argent pour exploiter au maximum les opportunités que nous trouvons en bourse. Cela permettra aussi d’expérimenter en miniature et d’extrapoler les quelques changements que l’on pourra observer lorsque nous postulerons pour le statut de société de gestion d’actifs dans quelques mois.

 

Notre vision est de ne plus gagner de l’argent, seuls. C’est trop égoïste! Nous voulons en faire gagner aussi aux détenteurs de capitaux qui nous ferons confiance et plus tard à nos états, par notre participation au développement des Pme locales. Ce dernier point n’est pas encore à l’ordre du jour.

 

Je crois en ce projet. Les investisseurs demandent la rentabilité. Moi aussi, en plus de participer à la croissance des entreprises africaines, donc de nos états.

Il y'a un an je présentais le projet ici