topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

10/10/2008

L'affaire Onel Mala

C’est peut être le nom qu’on donnera pudiquement bientôt à ce feuilleton que nous fait vivre depuis quelque temps le journal people Star magazine. Tout a commencé, si l’on peut considérer cela comme le début de l’histoire, par un titre choquant à la une du journal en début septembre : « Délit d’adultère, Onel Mala arrache la copine d’un autre chantre et abandonne son épouse et ses enfants dans un ghetto ». 48h après, on apprenait que l’artiste avait fait une descente agressive et inappropriée dans les locaux du groupe olympe. onel-mala.gifCe qui a été une grave erreur. On ne fait pas la guerre avec des journalistes lorsque la fumée est dense, pire avec un journal people. Le genre de journal où travaillent des artistes de l’intox et du scandale, des gens qui savent être aussi nuisible qu’un journal à la solde d’un état totalitaire.

Les épisodes se sont alors enchaînés. Les difficultés de son couple se sont retrouvées sur la place publique. Ce qui doit être embêtant pour tout être responsable, je suppose ! Accompagné de Germain Kiper, un autre artiste chrétien, l’artiste a fait un démenti sur la première chaîne de télévision ivoirienne. L’interview de sa femme quelques jours après a tout remis en question. Aujourd’hui les commentaires vont bon train dans la rue abidjanaise. On parle d’une convocation pour le divorce le 20 octobre prochain au tribunal d’Abidjan.

C’est très embêtant d’en parler. Lorsqu’on reconnaît soi même ne pas avoir atteint la perfection. La bible dit : 1 corinthiens 5.12 « Qu'ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N'est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? ». Cette histoire et le débat qu’il suscite fait le bonheur de ceux qui aiment jeter la pierre à l’église. Un homme aussi populaire qu’il soit, a failli, ce n’est pas l’église. Ne faisons donc pas d’amalgames. Sa popularité a fait exposer son péché, alors que d’autres scandalisent juste le voisinage immédiat, mais c’est le même péché. Prions que Dieu ramène les cœurs à l’obéissance à sa parole et que tous ceux qui prétendent le servir le fasse en esprit et en vérité, quelque soit la pression des projecteurs.

07/10/2008

L'etat doit liberer le lycée scientifique de Yamoussoukro

L’état ivoirien doit faire libérer le lycée scientifique.

La première chaîne de télé ivoirienne a parlé ce dimanche d’un conflit qui oppose la direction du lycée scientifique de Yamoussoukro et les enseignants déplacés de guerre qui occupent l’internat depuis 2002. Officiellement, les enseignants ont été affectés, donc la directrice estime que les occupants actuels ne sont pas enseignants.

Le journaliste et les élèves interrogés ont parlé des familles entières qui occupent l’internat et viennent les revendre l’eau gratuite qu’ils ont prise dans les chambres. Les occupants réclament une rencontre avec les autorités pour être recasés. L’état paie des millions chaque mois à la Cie et à la Sodeci pour leur consommation.




Je connais des enseignants déplacés de guerre qui louent des maisons ici à Abidjan. Qu’est ce qui empêche à ceux là de faire autant.
Mon frère a visité Yamoussoukro en 2000. Quand il est revenu, il était partisan d’Houphouet. Il l’a appelé le prophète. Tellement ce qu’il a vu au Lycée scientifique et à l’Inhpb l’avait épaté. Ce que j’ai vu à la télé n’avait rien à voir avec ce qu’il m’avait décrit.

Quand je pense que des élèves excellents sont obligés de se retrouver chez des tuteurs parfois compliqués, alors qu’ils ont une place d’internat pris en otage par des « fonctionnaires de l’état ». J’encourage le combat de la directrice du lycée. Les enfants doivent récupérer leur internat.