topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

29/10/2015

Dissolution de Club Croissances - Lancement de "Croissances Plus"

Ça s’est décidé rapidement ! Il a suffit qu’un membre évoque avec moi l’éventualité d’une dissolution pour que le processus s’enclenche.

sept 2010 conf presse salon bourseD’abord, la tristesse due à un sentiment d’échec. J’avais initié Club Croissances avec l’objectif secret de le transformer en société d’investissement. Les clubistes avaient fini par valider ce projet. Je travaillais à l’atteindre en 2012. Mon retour précipité au Congo du fait de la crise ivoirienne a tout bousculé. Je n’étais plus en mesure de suivre, étant préoccupé par des réalités défavorables que j’avais trouvé au pays. Derrière, cet élan n'a pas été entretenu. Le club a continué à progresser grâce aux bons placements que nous avions faits depuis 2010. Quelques membres n’ont pas supporté cette léthargie et sont partis. On est resté 13.

Après la tristesse, l’espoir et la résolution. J’ai réalisé que depuis plus d’une année je suis en mesure, si je le veux, de suivre un portefeuille boursier depuis le Congo, en dépit des couts pour la recherche des informations et des analyses. D’où l’idée d’un autre club d’investissement, bâti sur de nouvelles bases pour le même objectif.

Club Croissances a existé pendant 6 ans et 4 mois. Les 13 membres restants ont investi au total 8,4 millions FCFA. On a clôturé avec une plus value de 398,5% contre 107% pour l’indice Brvm 10 sur la même période. Les clubistes s’en sortent avec des performances diverses, allant de 158,6% à 586,7%, pour une moyenne de 461%. 6 membres ont fait plus de 500% de gains. Ils avaient acheté la majorité de leurs parts au début de l’aventure.

Le nouveau club d'investissement s'appelle "Croissances Plus". Je le vois déjà devenir la société d'investissement "Croissances Plus Capital". Puisse Dieu faire grâce.

Un clubiste britannique a raconté son expérience dans club croissances ici

07/10/2015

Le Nobel 2015 encourage les chercheurs à exploiter la médecine traditionnelle

Le prix Nobel 2015 est attribué à l’Irlandais William C. Campbell et au Japonais Satoshi Ōmura pour leur découverte de l’ivermectine, un médicament hautement efficace contre les maladies causées par certains vers nématodes (onchocercose ou «cécité des rivières», filarioses ).

648x415_montage-photo-youyou-william-campbell-satoshi-omura.jpg

L'autre moitié du prix est décernée à la Chinoise TU pour avoir mis en évidence en 1972 l’artemisinine, une substance très efficace dans le traitement du paludisme. Mme TU et son équipe ont exploité les données de la médecine traditionnelle chinoise. Depuis plus de 2000 ans, en effet, les chinois utilisent la plante Artemisia Annua, qu’ils appellent « Qing Hao », dans le traitement traditionnel du paludisme.

La molécule isolée par l’équipe de Mme TU est exploitée par des laboratoires pharmaceutiques pour donner des dérivés comme l’Artesunate et l’Artemether. Les dérivés de l’artemisinine sont utilisés dans le traitement du paludisme simple et sévère, avec moins d’effets indésirables par rapport à la quinine et un rétablissement plus rapide. Quelques médicaments contenant des dérivés d’artemisinine : Coartem*, CoArinate*, Artequin*, Artesiane, Malavan*, etc

L’Afrique aussi a sa médecine traditionnelle qui peut être exploitée par la science. Les tradithérapeutes font boire aux gens des tisanes dont on ignore le principe actif sur la maladie traitée, ni la quantité de principe actif absorbée, encore moins ses effets sur les reins et le foie. On entend pourtant ici et là l’efficacité de telle plante sur telle maladie, sans en connaitre les détails du point de vue scientifique.

Ce Nobel 2015 devrait encourager nos états et nos chercheurs à collaborer avec la médecine traditionnelle.

Notons que l’exploration des capacités de l’artemisinine indique à ce jour qu’elle est également efficace dans le traitement de la bilharziose et probablement aussi de certains cancers du sein et du poumon. Combien de maladies pouvant nous soigner avec ces plantes utilisées par nos tradithérapeutes ?

Ibata

12:48 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)