topblog Ivoire blogs

19/08/2010

L’inévitable levée de fonds pour le développement d’Okibourse.Com

chemin long.jpgEn décembre 2006, j’ai créé le site Okibat.com pour partager ma passion pour la bourse et mon apprentissage dans l’entreprenariat. En 2008, avec des moyens très limités, j’ai initié un service web immobilier pour rentabiliser Okibat, à partir de la société Okibat Group Sarl. Ça n’a pas marché. J’en ai tiré des leçons et j’en paie encore certaines conséquences à ce jour.

Avant de fermer les portes d’Okibat Group Sarl, j’ai pensé à fractionner la vision et emprunter une autre voie d’abord. Considérant la sagesse « Ce que tu ne peux pas faire seul, communiques la vision à un groupe pour qu’il le réalise avec toi », j’ai initié le club d’investissement Club Croissances avec l’objectif d’en faire une société de gestion de fonds. Nous marchons vers le but et à ce jour, 16 mois après tout se passe très bien, tant au niveau financier qu’organisationnel.

Au début de l’année 2010, j’ai décidé de commencer une nouvelle page de l’aspect « actualités économiques et boursières + services associés » en transformant Okibat.Com en Okibourse.Com.  La transition s’est bien faite. Okibourse.Com par son nom et son contenu d’un meilleur niveau, véhicule une meilleure image. Malheureusement, cela ne suffit pas pour réaliser « la vision ». Je pense avoir atteint le stade où mes capacités individuelles pouvaient l’emmener. Maintenant, il faut d’autres ressources humaines et financières pour continuer.

Au-delà, du service rendu à une communauté, et qui pousse plusieurs internautes à nous envoyer des sms et des emails d’encouragements et de remerciements, le site Okibourse.Com et le reste du projet qui n’est pas encore mis en œuvre, a un potentiel économique énorme. Et, ce potentiel doit être exploité maintenant, pour accéder plus facilement à la plus haute place du podium.

Comme j’ai eu à le faire pour Club Croissances, j’organiserai une réunion en septembre avec tous ceux qui veulent investir leur argent dans Okibourse et le rentabiliser progressivement. Une société dénommée Okibourse S.A devrait voir le jour dans les prochains mois, pour réunir tous ses investisseurs autour de la vision.

J’espère vous compter parmi nos actionnaires.

Euclide Okolou

18/08/2010

Je n'ai plus peur d'être minoritaire

9782708125193_medium.jpg?1215165030Ces derniers jours j’ai utilisé mon temps libre et parfois celui où il fallait vous servir à lire le livre « Capital Risque : Mode d’emploi ». Visiblement le livre a été écrit à la fin des années 90, bien que le site marchand ait parlé de 2003. Peu importe! j’ai aimé. Le capital risque est ce à quoi je pensais entre autres depuis le lycée sans le savoir : Aider les porteurs de projets ou les jeunes entreprises financièrement en entrant dans leur capital et les soutenir techniquement, tout en les permettant de racheter ou de faire acheter notre participation par d'autres personnes.

Ça existe depuis longtemps. Et je trouve ce moyen noble, en ce sens que non seulement, on crée de la richesse pour soi même, par la rentabilité du projet. On permet également à un individu ou groupe d’individus de produire de la richesse pour eux même, et pour la communauté à travers les emplois qui sont créés et la disponibilité des produits ou services proposés par la nouvelle entreprise. C’est plus efficace socialement que de gaspiller de l’argent pour permettre aux jeunes désoeuvrés d’organiser une manifestation d’hommage à un ministre ou un député.

En parcourant, le livre j’ai vu à quel point les occidentaux soutiennent ce genre de système au niveau fiscal. Les détenteurs de capitaux confient donc avec « tranquillité » leurs fonds à des bons gestionnaires de leur choix. Je gagne en aidant l’autre à se developper.

Il y’a quelques mois je vous avais partager ici, la réflexion sur les 5 façons de devenir riche. Dans cet exposé l’auteur indiquait que l’entreprenariat peut enrichir plus que tous les autres moyens cités mis ensemble. J’ai vu qu’en fait ceux qui aident au développement d’une entreprise en entrant dans son capital, partagent le risque de l’entrepreneur, donc également son potentiel. Ils diversifient donc sources d’enrichissement pour devenir encore plus riche. Ce n’est pas sorcier.

2.jpgJ’avais déjà pris conscience de la nécessité d’inviter d’autres personnes pour nous aider à réaliser les projets qui nous tiennent à cœur. Après avoir lu ce livre, j’ai réalisé qu’un projet ambitieux demande parfois d’énormes moyens financiers. Le type de moyens où son promoteur devient parfois impuissant pour garder la majorité du capital. Il faut l’accepter, pour que se réalise le rêve. Bill Gates n’est pas actionnaire majoritaire de Microsoft. Kosciusko-Morizet n’a même pas la minorité de blocage dans Priceminister.com qu’il a créé au début des années 2000 avec ses amis.

Au fond je pense que cela participe à la pérennité de l’entreprise, en ce que le propriétaire réel est un groupe d’actionnaires qui ne pense que maintien de l’activité et rentabilité. Là où l’individu fondateur aurait pu se contenter d’un niveau de rentabilité confortable qui lui permette de changer de voitures chaque mois ou de fréquenter des hotels de luxe avec toujours de nouvelles conquetes, les actionnaires eux penseront croissance externe. Parce que gagner de l’argent encore et encore est leur devise. pour les satisfaire il faut continuer à se developper.

Je n’ai plus peur d’être minoritaire.

05/08/2010

Projet et barrière à éliminer

Les gens viennent sur le site Okibourse.Com à la recherche des informations économiques. 70% des visiteurs viennent des moteurs de recherche, principalement Google. 15% connaissent déjà le site et viennent directement. Combien parmi ces personnes veulent savoir ce que je pense du cours actuel de telle valeur cotée ? Combien aimeraient être informés de telle décision d’une société qui va impacter son cours en bourse ? etc…

L’information sur Okibourse.Com restera gratuite sauf celle qui peut impacter une décision d’investissement. Celle là sera réservée à ceux que ça intéresse. Nous avons créés un système d’abonnement pour eux. Il sera gratuit quelques semaines, probablement jusqu’à la fin août, avant de devenir payant.

Paypal-reflexe-securite2009.gifLe prochain défi qui nous tourmente déjà la tête est celui du moyen de paiement. Nous avons essayé Paypal, Africards et Mtn Mobile Money pour vendre notre ebook en ligne et le résultat a été médiocre. Plus que n’a été la vente par rechargement téléphonique l’an passé. Les web-marketeurs disent qu’un internaute intéressé qui quitte votre page de vente sans laisser son contact risque de partir à jamais, et ils ont raison. Nous avons reçu des appels des gens qui le voulaient forcément en support papier ou d’autres qui étaient découragés à l’idée de se déplacer jusqu’à une agence Mtn Mobile Money quelque part pour la transaction. Nous avons dû arrêter la vente du livre en format électronique et tout mettre en œuvre pour l’éditer sur support papier.

Il reste la solution Etranzact qui on le sait ne répondra même pas à 20% de nos besoins lorsqu’on connaît le faible taux de penetration et d’utilisation de solution electronique de paiement.