topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/07/2010

Théophile Kouamouo arreté injustement par le procureur Tchimou dit: "Nous n'avons cité le nom d'aucun témoin"

Avenue225 - C’est dans une ambiance détendue que Théophile Kouamouo a été rencontré. Son allure et sa bonne humeur n’ont pas pris de coup. «Nous allons très bien», rassure t-il. Le directeur des rédactions de « Le Nouveau Courrier » a bien voulu revenir sur cette incarcération qui cache des intentions inavouées de la part du procureur Tchimou.

"Nous n'avons cité le nom d'aucun témoin"

kouamouot.jpgPour les partons de la rédaction du journal pas question de céder à la pression. «Nous restons fort et digne de la confiance de nos lecteurs et surtout de notre métier. L’enjeu principal ici est que le procureur nous demande de révéler les sources de nos informations sinon il a nous conduirais droit en prison ». Kouamouo et ses collaborateurs en refusant de révéler leur(s) source(s) disent vouloir préserver l’esprit du journalisme. «La position que nous tenons est de dire que si un journaliste doit dévoilé ses sources devant un procureur, c’est que le métier lui-même a disparu. Nous tenons bon pour nos lecteurs, pour la corporation et pour nos idée de la démocratie».

L’acharnement du procureur contre eux est difficilement compréhensible. Selon le gérant du quotidien « les démocraties les journalistes sont protégés » dans les démocraties. « Je tiens à rappeler que nous avons publié il n’y a pas longtemps un dossier d’instruction sur les morts de novembre 2004. Un dossier de l’inspection française. Cela a permis aux Ivoiriens de savoir là où on en était. Ça permis aussi de voir et de comprendre que les autorités françaises qui accusaient les autorités ivoiriennes d’avoir bombardé leur camp n’avaient pas de preuves et du coup protégeaient ceux qui auraient pu le faire. Une telle information  rendue publique permet aux victimes ivoiriennes d’avoir plus de chance d’être indemnisées ».

Lire la suite sur Avenue225

Les commentaires sont fermés.