topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

31/12/2009

Bilan 2009 et perspectives 2010 pour Okibat

L’année 2009 s’achève, c’est l’occasion de faire un bilan de ma présence sur internet. Au premier trimestre, c’était les difficultés, en cette fin d’année c’est l’espoir. Les difficultés professionnelles connues depuis 2008 se sont poursuivies en début d’année, jusqu’à la dissolution effective de mon entreprise Okibat Group Sarl. Le projet reste dans un coin de ma tête qui travaille sur une autre technique d’approche, pendant que je continue de rembourser mon crédit bancaire.

con-reuters.jpgHeureusement, la réussite de mes activités médicales et les débuts encourageants du club d’investissement « Club Croissances » que j’ai initié en Avril m’ont consolé. Je me réjouis de ce que le blog okibat que j’ai créé après sur afrikblog pour continuer de partager ma passion, ait vu ses visiteurs monter jusqu’à 5000/mois ce dernier trimestre. Tout comme je remercie les 75 personnes qui se sont volontairement inscrits à ma newsletter ces 6 derniers mois. Je me suis découvert une capacité de chroniqueur grâce à l’aventure « Objectifs Hebdo » à laquelle Théophile Kouamouo m’a fait participer. Malheureusement, elle s’est arrêtée trop tôt.

Perspectives

Pour 2010, nous aborderons les choses autrement. Je pense à un blog qui aura le mot bourse dans son nom, pour enlever la notion de bâtiment que certains voyaient dans Okibat. Ce qui veut dire que le blog actuel sur Afrikblog sera progressivement abandonné d’ici à la fin Avril 2010. Le nouveau blog sera géré sous wordpress, d’abord timidement durant une bonne partie du 1e trimestre, le temps de mettre le paquet sur certains objectifs académiques. Puis, on augmentera l’intensité des productions avec un contenu de meilleure qualité. Un service est en cours de conception pour aider tous ceux qui aspirent à gagner en bourse. Déjà, la nouvelle version de mon livre « Comment Investir et Gagner à la bourse des valeurs de l’Uemoa » devrait être en vente très bientôt

C’est la même aventure, mais un nouveau chapitre. Merci à tous de continuer de me suivre. Bonne fête de fin d’année. Que Dieu vous garde et bénisse vos familles. Qu’il vous accorde l’épanouissement et la multiplication dans vos différentes activités.

Euclide Okolou

12:13 Publié dans Okibat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : okibat, bourse, 2010

29/12/2009

A Abidjan, il y’a café et café

Avez-vous déjà remarqué vers Adjamé-Liberté quelqu’un proposer des tasses de café surtout aux chauffeurs de Gbaka et leurs assistants ? Eh bien, e l’achetez pas, si vous n’êtes pas un initié. Il parait que c’est un type de café qui les aide à tenir toute la journée, à rester éveillé et efficace.

tasse.gifA Abidjan, il y’a des kiosques où l’on vend du café au lait et d’autres où l’on ne vend que du café express. Dans certains de ces endroits, que les initiés connaissent, on y vend aussi un café spécial. On ignore sa composition exacte, quand tu t’approches du vendeur pour poser trop de questions, tu reçois des regards menaçants ou une réponse agressive. C’est au chauffeur qu’il faut s’adresser, il ignore la composition du café mais connaît ses effets. Certains disent qu’ont y met de la drogue, d’autres disent que c’est du café surdosé. Une chose est sûre, c’est que les différents ingrédients se trouvent en bas, à l’intérieur du kiosque, lorsque la tasse disparaît une seconde du champ visuel. « Il faut doser », c’est l’expression qu’ils utilisent souvent pour marquer la différence avec le café servit officiellement.

De plus, il y’a une façon de commander qui détermine l’intensité du café qui sera servit. Il s’agit du nombre de doigts que l’on montre au vendeur au moment de la commande. On m’a rapporté, qu’un chauffeur s’est pointé dans l’un de ces kiosques à Adjamé Renault, ignorant ce qui s’y passait. Il a demandé une tasse de café en faisant un geste de la main qui a été mal interprété par le serveur. Il est resté endormi toute la journée dans son véhicule, malgré le tapage qu’il y’a toujours dans ce secteur.

Quand donc, vous commanderez une tasse de café, sachez qu’à Abidjan, il y’a café et café.

 

06:15 Publié dans Bruits d'Abidjan | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cafe, abidjan

28/12/2009

Cote d’Ivoire : L’affaire du riz bourré de plomb

Hier au journal de 20h de la 1e chaîne de télévision ivoirienne, j’ai entendu une information qui m’a fait sourire. On a parlé d’une société "Sicor Commodities Trade" qui aurait importé près de 1250 tonnes de riz d’Uruguay. Des échantillons de ce riz ont été envoyés dans 2 laboratoires différents pour analyse. Le 1e laboratoire a trouvé 23mg de plomb/kg de riz, alors que la norme acceptée est de 0.23mg/kg. Ce qui veut dire que selon ce premier laboratoire, ce riz a 100 fois plus de plomb qu’il n’en faut.

Riz_36972.jpgCe résultat étant connu, l’on sait déjà que ce riz ne sera pas commercialisé, mais les résultats à venir du 2e labo peuvent toujours servir. Ce dernier labo vient à son tour parlé de 0.25mg/kg, c'est-à-dire juste un peu au dessus, juste 0.2mg de plus.

Je trouve cela drôle. Considérez l’écart entre 0.25mg/kg et 23mg/kg. Comment deux labo peuvent afficher des différences aussi énormes sur un même échantillon, même si les procédures d’analyse étaient différentes. J’y vois soit une volonté de nuire à l’opérateur économique de la part du premier labo, soit une volonté de l’arranger au détriment des millions de personnes qui consommeront ce riz de la part du deuxième. Il y’a une mauvaise foi avéré dans cette histoire de la part de l’un des laboratoire et je penche plus vers le 2e labo. Je me dis, qu’ils ont affiché 0.25mg/kg pour que Sicor Commodities Trade se débrouille après à fermer les yeux des autorités compétentes sur les 0.2mg/kg en plus, comme cela se fait probablement souvent. Il semble qu’elle n’a pas réussit, voilà pourquoi ça passe à la télé.

Ça fait des centaines de millions de FCFA perdu pour l’autre et des milliers de vies sauvées en terre d’Eburnie, si seulement ce riz est effectivement expulsé comme prévu, et qu’il ne se retrouve pas sur nos marchés sous d’autres emballages. Aussi inconcevable que cela puisse être, nous sommes dans le pays où des gens ont laissé entrer des déchets toxiques pour leurs intérêts personnels, donc tout est possible. Vigilance dans les marchés chers parents !

En attendant, c’est le lobbying ivoirien qui travaille au développement de la culture locale de riz qui doit se réjouir de la médiatisation de telles affaires. Les autorités doivent les prêter plus d’attention et les aider au maximum. ça doit être une cause nationale lorsqu’on sait les quantités de riz qui sont importées chaque année dans ce pays.

 

22/12/2009

Rentabiliser les blogs en Cote d'Ivoire

On l’a beaucoup mentionné durant l’Alloco Blogueur Party (une soirée qui a réunit les blogueurs de Cote d’Ivoire autour d’un repas) du samedi dernier. La rentabilité des blogs devient une préoccupation. On blogue par passion, c’est vrai, mais au bout d’un moment on veut voir ce pourquoi l’on fait tant de sacrifices contribuer un temps soit peu à la facture de la connexion internet, des déplacements et coups de fil à la recherche d’infos, etc.

pub.jpg

On sait tous maintenant que ce n’est pas demain que l’on verra l’argent des pubs de Google sur nos blogs (Lire ici). La solution évoquée est une régie publicitaire capable de nous payer par un moyen à notre portée. Un annonceur ne sera pas attiré par un blog qui a 100 visiteurs, pourtant parmi ces 100 visiteurs 8 peuvent être intéressés par son produit. Si donc une régie peut avoir plusieurs blogs dans son portefeuille, elle peut gagner facilement des annonceurs et partager son chiffre d’affaires avec les blogueurs qui diffuseront ses bannières.

La principale préoccupation est donc d’être sûr de recevoir son argent, sans que la moitié disparaisse en frais de transfert. J’ai vu la régie Africawin utilisée maintenant par Ivoire-blog, Elle peut être un début de solution, mais je pense que l’on peut avoir largement mieux. L’Afrique n’est pas un pays où tous les peuples ont les mêmes besoins. On y trouve de grande région comme la Cedeao et des pays qui sont des marchés avec des besoins spécifiques. Et ça, les annonceurs le savent. Que celui qui a les possibilités pense à exploiter le filon. On devrait en reparler au prochain barcamp d’après ce que j’ai compris.

Maintenant, il faut juste espérer que la régie sera suffisamment sérieuse pour reporter les gains des clics comme il se doit sans tricher. Suis-je trop méfiant ? lol, peut être. Un compte où je peux voir l’évolution de mes gains et des clics peut suffire à me rassurer. Finalement, c’est pas moi, c’est Google qui a mis la barre haute dans ce système.

A coté de cela, je reste convaincu, qu’il ne faut pas compter seulement sur la publicité pour rentabiliser un espace web. A bientôt

 

07:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rentabiliser, blog

21/12/2009

Je suis chrétien évangélique et je ne paie plus la dîme

L’un des faits marquants de ma vie chrétienne cette année est l’arrêt du paiement de la dîme. J’avoue que je n’avais encore jamais médité sérieusement sur la question. Il y’a tellement de versets bibliques qui parlent du mot dîme avec des recommandations que je trouvais différentes (Nombres 18.21 ; Deutéronome 14.23 ; Deuteronome 26.12) et tout cela m’embrouillait à première vue. J’abandonnais en estimant que cela n’était pas le sujet de méditation prioritaire, vu que donner à celui qui m’a donné en premier est à mon sens un acte de reconnaissance légitime.

argent.jpgDepuis toujours, des serviteurs de Dieu que je respecte encore m’ont enseigné que la dîme est « l’impôt de la maison de Dieu » et qu’elle représente 10% du revenu. L’ancien testament parle de la dîme et des bénédictions qui s’y rapportent, donc il y’a pas de problèmes. Quand j’ai entendu une sœur déclarer qu’elle ne croyait pas aux fondements bibliques de la dîme dans notre époque, je l’ai trouvé étrange. Un jour sur Topchretien.com, je lisais les commentaires des internautes sur une exhortation où il y’avait un paragraphe sur la dîme, j’ai réalisé que cette sœur n’était pas seule. Voulant comprendre leurs arguments, j’ai cliqué sur un lien que quelqu’un avait proposé pour soutenir sa thèse « anti-dîme ». J’ai lu le document, j’ai réfléchit et j’ai décidé de ne plus payer la dîme.

En effet, j’ai compris en lisant ce document que selon la loi de Moise, la dîme se payait en nature et non en argent comme aujourd’hui (Deutéronome 14. 24-27). Elle se payait au temple, or je suis devenu moi-même le temple de Dieu dans la nouvelle alliance (1 cor3.16). Elle bénéficiait entre autre aux lévites, j’en suis devenu un (Apoc5.10).

Avant la loi, mon attention a été attirée par le fait qu’Abram l’incirconcis, et non Abraham le sacrificateur, a volontairement donné au sacrificateur Melchisedek, la dîme (en nature) de son butin de guerre et non celui de son travail.

Depuis 6 mois que je vis ainsi, j’ai pas le sentiment d’avoir gagné dans mon budget, mais en liberté dans ma tête. Lorsqu’on parle de la dîme à l’église, je ne me sens plus concerné. Je considère cela comme une simple différence dans l'interprétation biblique de la question et j’évite de me retrouver dans débats inutiles. Je reste cependant convaincu de mon devoir de participer avec mes biens à la vie et à la croissance du « royaume ».

Le livre que j’ai lu est : « Les enfants de Dieu doivent-ils payer la dîme ? » de Jean Bernard Thierry Huet. Il est disponible ici

 

20/12/2009

J’aurai aimé vous parler

Je me suis senti bien paresseux ces dernières semaines, lorsque j’avais un peu de temps pour bloguer. Ça fait que je vous ai pas parlé de certains sujets qui pourtant bouillonnaient dans mon cœur.

paresse.jpgJ’aurai aimé vous parler de la tentative d’assassinat de Daddis Camara au début du mois. Dans un régime militaire d’opportunistes comme celui qu’il y’a en Guinée Conakry, personne n’est en sécurité. Et le cher Daddis l’a compris à ses dépens. Je me suis demandé quel est ce soldat qui rate sa cible alors qu’elle est tout juste en face. Ce Toumba Diakité n’a pas à être fier, il est la honte de son sergent instructeur.

J’aurai aimé vous parler du début de la énième grève du corps médical ivoirien. Finalement, j’ai laissé l’exclusivité du billet à Avenue225.com et vous pouvez le lire ici.

J’aurai aimé vous parler de la nouvelle stratégie de négociation de Gbagbo, centrée sur l’intimidation. Ça a marché avec les greffiers qui ont suspendu leur grève sans que rien ne leur ait été proposé si ce n’est la suspension des salaires des grévistes et des premiers acquis. Je suis curieux de voir ce que donneront les menaces envers les enseignants et le corps médical. Si l’argument gouvernemental centré sur l’obligation de maîtriser la masse salariale est compréhensible, cette stratégie de négociation m’inquiète. Elle porte atteinte au droit à la grève et à la démocratie en générale. Il faut lui donner une réplique ferme qui obligera les deux parties à se retrouver et prendre des mesures qui sauveront la face de l’une et l’autre.

J’aurai aimé vous parler de l’état des lieux des moyens de paiements électroniques comme me l’a demandé Philip de unevieplusriche.com. Mais j’avais pas le temps, et cette periode de fêtes avec les embouteillages qu’on y rencontre n’est pas propice. Je le ferai probablement en janvier. Merci pour l’intérêt que vous avez porté sur le premier article que j’ai posté sur la question. Vous avez été très nombreux à m’appeler et à réagir sur les différentes plateformes où il a été publié. Merci à ceux qui ont aidé spontanément les autres.

14:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

08/12/2009

Internet : les mots de passe à éviter

Microsoft a publié une liste des termes qu'il ne faut surtout pas utiliser afin d'éviter des attaques automatisées. "password" est le mot de passe le plus usité par les pirates.

Déterminer les mots de passe sur Internet les plus efficaces pour éviter toute casse. Le centre de sécurité de Microsoft, le Malware Protection Center, vient de publier une étude sur la qualité des mots de passe et identifiants (nom d'utilisateur). Pour y parvenir, ce site dédié aux virus et autres programmes malicieux a compilé les statistiques des attaques automatisées contre un serveur FTP factice, créé spécialement.

L'éditeur de logiciels s'est concentré sur les attaques automatisées "par dictionnaires". Une méthode utilisée en cryptanalyse pour trouver un mot de passe ou une clé d'accès à un service, qui consiste à tester une série de mots de passe potentiels, tirés de dictionnaires et de manière automatisée, les uns à la suite des autres.

internet.jpgIl ressort de cette étude, basée sur plus de 400.000 combinaisons, que le mot de passe type comporte en moyenne 8 caractères, et qu'il excède rarement 10 caractères. Mais, si les attaques par dictionnaires se font en moyenne sur la base de 6 caractères pour les identifiants et de 8 pour les mots de passe, le login le plus long testé par un pirate comptait 15 caractères. Et le mot de passe le plus complexe comportait 29 caractères !

"password", le mot de passe le plus utilisé par les pirates

Les mots de passe et identifiants les plus souvent utilisés dans ces attaques sont bien entendus des mots très communs. Dans la plupart des cas, ce sont d'ailleurs des termes paramétrés par défaut, et qui n'ont jamais été changés par les utilisateurs. Ainsi, sans grande surprise, le premier mot de passe à éviter (ou à changer d'urgence) est "password"... Suivent "123456", "#!comment:" et "changeme". Étonnamment, "Fuckyou" devance "abc123". Suivis des prénoms anglo-saxons, tels que "peter", "andrew" ou "matthew". En outre, Microsoft déconseille "Michael" comme mot de passe, très utilisé depuis le décès du "Roi de la Pop" Michael Jackson.

Concernant les identifiants les utilisés dans les attaques automatisées, "Administrator" et "Administrateur" arrivent très largement en tête. Ces deux termes ont en effet été saisis par les scripts dans, respectivement, 136.971 et 107.670 des cas ! "Admin" arrive en troisième position. Viennent ensuite, une nouvelle fois, des prénoms usuels anglo-saxons avec, dans l'ordre, "andrew", "dave", "steve", "paul" et "adam". Seuls "tsinternetuser" et "tsinternetusers" viennent s'intercaler dans cette hiérarchie, aux septième et huitième places.

Des mots de passe d'au moins 10 caractère

Pour minimiser tout risque, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Ansi) conseille d'utiliser au minimum des mots de passe comportant au minimum 10 caractères, et d'être constitué de minuscules, de majuscules, de caractères spéciaux et de chiffres (au moins trois de ces quatre catégories). Il est ainsi largement préférable, selon l'Ansi, d'utiliser comme mot de passe "p@$$ew0rld" plutôt que "password", ou "@dmInIstrat0r" plutôt qu'"Administrator".

JULIEN POMPEY, Les Echos

09:08 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : internet, mot de passe