topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

29/12/2009

A Abidjan, il y’a café et café

Avez-vous déjà remarqué vers Adjamé-Liberté quelqu’un proposer des tasses de café surtout aux chauffeurs de Gbaka et leurs assistants ? Eh bien, e l’achetez pas, si vous n’êtes pas un initié. Il parait que c’est un type de café qui les aide à tenir toute la journée, à rester éveillé et efficace.

tasse.gifA Abidjan, il y’a des kiosques où l’on vend du café au lait et d’autres où l’on ne vend que du café express. Dans certains de ces endroits, que les initiés connaissent, on y vend aussi un café spécial. On ignore sa composition exacte, quand tu t’approches du vendeur pour poser trop de questions, tu reçois des regards menaçants ou une réponse agressive. C’est au chauffeur qu’il faut s’adresser, il ignore la composition du café mais connaît ses effets. Certains disent qu’ont y met de la drogue, d’autres disent que c’est du café surdosé. Une chose est sûre, c’est que les différents ingrédients se trouvent en bas, à l’intérieur du kiosque, lorsque la tasse disparaît une seconde du champ visuel. « Il faut doser », c’est l’expression qu’ils utilisent souvent pour marquer la différence avec le café servit officiellement.

De plus, il y’a une façon de commander qui détermine l’intensité du café qui sera servit. Il s’agit du nombre de doigts que l’on montre au vendeur au moment de la commande. On m’a rapporté, qu’un chauffeur s’est pointé dans l’un de ces kiosques à Adjamé Renault, ignorant ce qui s’y passait. Il a demandé une tasse de café en faisant un geste de la main qui a été mal interprété par le serveur. Il est resté endormi toute la journée dans son véhicule, malgré le tapage qu’il y’a toujours dans ce secteur.

Quand donc, vous commanderez une tasse de café, sachez qu’à Abidjan, il y’a café et café.

 

06:15 Publié dans Bruits d'Abidjan | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cafe, abidjan

Commentaires

Bonjour Richman, et merci pour cet article original. Désormais je ferai attention si l'envie me vient de me prendre un café ailleurs que chez moi (rires).

Écrit par : Charlie | 29/12/2009

Salut Richman,


C'est vrai, à Abidjan,
il y a café et café.

Le café ordinaire, tout
le monde le connaît.

C'est bien celui qui est
consommé "officiellement",

sans que l'on ait besoin de
se cacher ou de se camoufler,

derrière des attitudes pour le
moins, troublantes.


Mais, il y a aussi des cafés que
l'on pourrait qualifier de terribles,

aux noms tout aussi pittoresques
qu'inquiétants.


Jugez-en vous-mêmes:

- café gas-oil
- café turbo
- café "garçon"
- café "ya foï"
- café "barako"
- café "digba"
- café "connaît pas"

ou tout simplement,
"le camphre" !

Cette liste est loin d'être
exhaustive,

tellement le niveau d'inspiration
en matière lexicographique est
élevé

dans les milieux où l'on consomme
"ces cafés", surtout lorsque l'on a pris
sa "dose" !

Alors effectivement attention;
sait-on jamais.

De là à commercialiser ce genre de
produits dans le grand commerce.

Froid dans le dos!!!

Mais, bonne chance à chacun de
tous les consommateurs de café,

d'eau glacée, de gnamacoudji, de
bissap, de dèguè, etc. vendus aux
abords des routes.

Excellente et heureuse année 2010
à tous et à toutes.


Dieu nous garde.

Écrit par : Ykigbo | 31/12/2009

Tu m'apprends des choses Ykigbo. mdrr
Café "garçon", j'imagine

Écrit par : Richman | 31/12/2009

Les commentaires sont fermés.