topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

20/12/2009

J’aurai aimé vous parler

Je me suis senti bien paresseux ces dernières semaines, lorsque j’avais un peu de temps pour bloguer. Ça fait que je vous ai pas parlé de certains sujets qui pourtant bouillonnaient dans mon cœur.

paresse.jpgJ’aurai aimé vous parler de la tentative d’assassinat de Daddis Camara au début du mois. Dans un régime militaire d’opportunistes comme celui qu’il y’a en Guinée Conakry, personne n’est en sécurité. Et le cher Daddis l’a compris à ses dépens. Je me suis demandé quel est ce soldat qui rate sa cible alors qu’elle est tout juste en face. Ce Toumba Diakité n’a pas à être fier, il est la honte de son sergent instructeur.

J’aurai aimé vous parler du début de la énième grève du corps médical ivoirien. Finalement, j’ai laissé l’exclusivité du billet à Avenue225.com et vous pouvez le lire ici.

J’aurai aimé vous parler de la nouvelle stratégie de négociation de Gbagbo, centrée sur l’intimidation. Ça a marché avec les greffiers qui ont suspendu leur grève sans que rien ne leur ait été proposé si ce n’est la suspension des salaires des grévistes et des premiers acquis. Je suis curieux de voir ce que donneront les menaces envers les enseignants et le corps médical. Si l’argument gouvernemental centré sur l’obligation de maîtriser la masse salariale est compréhensible, cette stratégie de négociation m’inquiète. Elle porte atteinte au droit à la grève et à la démocratie en générale. Il faut lui donner une réplique ferme qui obligera les deux parties à se retrouver et prendre des mesures qui sauveront la face de l’une et l’autre.

J’aurai aimé vous parler de l’état des lieux des moyens de paiements électroniques comme me l’a demandé Philip de unevieplusriche.com. Mais j’avais pas le temps, et cette periode de fêtes avec les embouteillages qu’on y rencontre n’est pas propice. Je le ferai probablement en janvier. Merci pour l’intérêt que vous avez porté sur le premier article que j’ai posté sur la question. Vous avez été très nombreux à m’appeler et à réagir sur les différentes plateformes où il a été publié. Merci à ceux qui ont aidé spontanément les autres.

14:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Mon "ancien", j'aurais également aimé que tu nous en parles encore plus... Porte toi bien, mon ancien !!!

Écrit par : Krathos | 20/12/2009

lolll, hello Krathos, pourquoi ai je l'impression que tu veux spécialement parler du 4e paragraphe? loll

Écrit par : Richman | 21/12/2009

Oh la la tu nous mets l'eau à la bouche... Perso, je suis tout de même perplexe face à la manière de faire grève des médecins. Ce sont ces pratiques excessives et irresponsables qui finissent par dégoûter certains d'une forme de "démocratie" où les corporatismes assassins mettent en danger la vie des citoyens.
Faire grève oui ! Mais s'aliéner le citoyen lambda qui a l'impression que sa vie ne compte pas, ce n'est pas très productif !

Écrit par : Théo | 21/12/2009

Théo, tu parles de la forme. Il y'a des internes dans les services qui ne sont pas concernés par la grève. Ils assurent donc le service minimum au delà de ce qui se dit dans la rue. Certains chefs de service, veillent sur la présence des médecins étudiants en spécialité, qui en tant que tel ne sont pas concernés par la grève. Le problème est qu'il reste toujours sur le terrain peu de médecins pour fournir le service qu'il faut. Déjà qu'en temps normal, c'est compliqué...

De plus, si le corps médical était aussi important, on prendrait ses revendications plus au sérieux. C'est un faux jugement de leur jeter la pierre. Si l'on dit qu'il n'a pas le droit de grever. ok. Alors l'état doit les pouponner comme il le fait avec les policiers, douaniers et autres corps habillés. Le citoyen doit donc se demander qui de l'état et du corps médical ne considère pas sa vie? Je dirai les deux dans la situation présente, mais quand je regarde comment est ce que l'etat n'arrête pas de les doubler, je me dis que c'est l'état d'abord qui ne considère pas la vie du citoyen.

Écrit par : Richman | 22/12/2009

Les commentaires sont fermés.