topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

26/08/2009

Entretien avec… M Craig Hitchcock, Président de Business Council for Africa Cote d’Ivoire

Il suit Okibat.com depuis plus d’une année, et nos échanges sur facebook ont conduit à une rencontre où j’ai tout de suite voulu qu’il nous explique un peu plus ce qu’il fait.
Qui est M Craig Hitchcock ?

craigH.jpgQui suis-je ? Je suis un ressortissant Britannique, bien que je préfère dire que je suis un Anglais. Je suis né à Londres le 13 mai 1948. Ancien officier formateur en leadership dans la Royal Air Force, aujourd’hui dans le privé avec en Cote d’ivoire les fonctions de Président du Business Council for Africa –Côte d’Ivoire (Conseil aux Entreprises pour l'Afrique - Côte d'Ivoire), le Président du Abidjan Business Friends Club (Amicale des Hommes et Femmes d’Affaires d’Abidjan), et un membre du Conseil d’Administration de la Chambre de Commerce Américaine en Côte d’Ivoire (Am Cham CI).

Un anglais au conseil d’administration de la chambre de commerce américaine ?

Lire la suite

11:21 Publié dans Okibat | Lien permanent | Commentaires (0)

19/08/2009

RTI VS Palais de la culture : Sidiki Bakaba a gagné

Le directeur du palais de la culture d’Abidjan, M Sidiki Bakaba a apporté son droit de réponse hier au journal de 20h, après la conférence de presse qu’il a animé lundi et la rencontre avec les responsables de la Rti hier dans la mi journée.

sidikiBakaba.jpg

Il en ressort que la Rti a besoin du palais pour rentabiliser ses émissions, donc elle est allée s'expliquer avec les responsables du Palais et s’est pliée à ses exigences. Désormais, elle paiera cash pour avoir accès aux salles du palais de la culture, tout comme le palais le fait pour ses spots publicitaires à la Rti.

Au moins maintenant, les relations sont claires, et j’espère que le conflit est définitivement finit, même si M Bakaba a terminé ses propos par une phrase aux allures de rancunes, à l’endroit de l’animateur de l’émission Matin Bonheur, Soum Saint Felix : « La parole est une balle dont l’arme est la bouche. Elle peut produire la guerre et elle peut produire la paix ».

 

17/08/2009

RTI : Djaaah ca fait mal

J’ai rit quand j’ai vu M Issa Sangare Yeresso, le responsable des émissions de vacances de la Radio Télévision Ivoirienne s’en prendre aux responsables du Palais de la culture. Bien heureux de voir qu’ils ont trouver quelqu’un pour « chauffer leur rognon » comme on dit en Cote d’Ivoire. Le palais de la culture les exige de payer maintenant 2 000 000 FCFA au lieu de 800 000 FCFA par tranche en plus d’une exigence de sécurité privée que je reconnais abusive.

issa-sangare.jpg

Je souhaite que la RTI comprenne par là, qu’elle a beau être la RTI avec le monopole de la diffusion télé du fait des lenteurs administratives pour la libéralisation, on a toujours besoin des autres. Excepté son émission midi première qu’aime bien les églises et les maquis, combien de millions ne faut il pas dépenser pour communiquer à la RTI. Alors qu’elle, les autres lui ouvrent facilement des portes à cause de son pouvoir, son monopole. Elle a des conventions avec plusieurs prestataires. Je me souviens que l’hôtel Ivoire a un moment donné avait du rompre brusquement, son contrat avec une église que je connais parce que la RTI demandait la salle.

Or lors de la grève des employés du palais, M Yereso a reconnu qu’il y’a que les salles du palais pour recevoir le public pour ses émissions. De vous à moi quel prestataire réalisant ainsi son importance, n’en profiterait pas ? Djaaah ca fait mal de payer cher, puis tu taxes cher chez toi !

Il dit que la RTI ne "gagne rien dans ces émissions, elle remplit juste son role de promotion de la culture". Là encore j’ai rit, si le palais se moque de l’intelligence des gens comme il le dit, lui se moque de quoi des gens alors ? Les sponsors de ces émissions sont là gratuitement ? Les droits d’entrée n’aident en rien ? S'ils n'aident pas pourquoi ne pas prendre les 500 places de l'hotel communal? L'émission Karaoké se tient labas, est ce que le ciel est tombé? Dites ça à d’autres !

Je remercie Soum St Felix qui ce matin a reproché à son invité de vouloir faire appel à la présidence et à la primature pour régler le problème, alors que la première hiérarchie (le ministère de la culture) est là. A force de sauter les autorités, on crée le désordre.

 

10:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15/08/2009

Le Syndrome du penis captif

Tout le monde a déjà entendu parler de ces chiens qui restent coincés en plein accouplement. L'incident prête à rire, d'autant qu'on le croit réservé aux pauvres canidés. Grave erreur: deux humains peuvent parfaitement connaître pareille mésaventure, que la littérature médicale a judicieusement nommé «syndrome du pénis captif».

Contraction musculaire réflexe

«Le mécanisme est assez proche de celui du vaginisme, causé par une contraction réflexe des muscles entourant le vagin», explique le Dr Sylvain Mimoun, gynéco-andrologue et spécialiste de la sexualité. Mais si, dans le cas du vaginisme, la contraction a lieu avant la pénétration, rendant celle-ci impossible, dans le cas du syndrome du pénis captif, elle intervient juste après.

Tétanie, crise de panique, les causes sont méconnues, et semblent involontaires. Mais le résultat est là: la verge reste coincée. Embarrassant, mais pas dramatique en soi. «Il n'y a pas de danger pour la verge», assure le spécialiste, même s'il reconnaît que les muscles sollicités peuvent être très puissants, citant des «shows érotiques» qui mettent en scène des «femmes asiatiques ayant appris à les gérer de façon impressionnante».
big flirt.jpg
Un remède existe à cette malédiction

Cependant, «si tout médecin a déjà entendu parler de ce type d'accident, rares sont ceux qui y ont été confrontés», prévient Sylvain Mimoun. Il range les histoires de couples arrivant imbriqués aux urgences au rayon des fantasmes et autres légendes urbaines. Peut-être parce que les malheureux arrivent à se libérer avant l'hôpital.

En effet, le spécialiste révèle qu'il existe un remède à cette malédiction. «Les muscles concernés, les releveurs de l'anus, sont une sorte de double huit dont les boucles enserrent respectivement l'anus et le vagin », décrit-il. Mais les deux boucles ne peuvent fonctionner en même temps. Afin de détendre celle qui étreint le vagin, «un doigt suffit pour contracter celle de l'anus».

Source: 20minutes.fr

Commentaires: Chez nous on dit que c'est un fetiche fait par le mari ou un ancien gars bléssé, l'oeuvre d'un sorcier, alors que c'est médical. Il y'a même des marabouts qui ont gagné des points inutilement dans ça. C'est de la science! La verité vous rendra libre, comme le disais Jésus. N'ayez plus peur.

04:01 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

Extrait du discours d'investiture de Sassou Nguesso

Je le publie ici surtout pour sauvegarder ces paroles fortes, afin qu'elles servent de repere à ce que nous verrons. Quelqu'un à coté de moi a dit: "Que le chien ne change jamais sa maniere de s'asseoir". Peut être mais ce ne sont pas des chiens qui gerent le Congo. J'ai appris que seuls les imbéciles ne changent pas. Je veux croire et juger au fil du temps. Extrait.


Mes chers compatriotes,

Vos souhaits et exigences ainsi exprimés constituent, sans aucun doute, les principaux enjeux du septennat qui s'ouvre ce jour.

Ayant bien pris la mesure de ces enjeux, en décidant de me porter candidat à la présidence de la République, j'ai élaboré le projet de société, le « Chemin d'avenir », en réponse à votre forte demande.

En ces instants solennels, nous pouvons réaffirmer que le chemin qui mène au Congo de demain, au Congo nouveau, a déjà été tracé. Et vous, vous l'avez massivement approuvé dans les urnes le 12 juillet dernier.

Les solutions que je préconise pour donner suite à vos nouvelles attentes sont donc connues.

Je voudrais toutefois insister ici sur la portée de quelques-unes d'entre elles.
Denis_Sassou_NGuesso2806072.jpg
Chacun sait que le combat supérieur, en ces temps de paix, consiste en la lutte contre la pauvreté, contre le sous-développement en général. C'est pour cela qu'à la pauvreté et au sous-développement, j'entends opposer la modernisation et l'industrialisation du pays.

Moderniser le Congo, c'est le libérer des contraintes de tous genres qui l'empêchent d'avancer au bon rythme sur le chemin du mieux-vivre et du mieux-être de ses citoyens.

Moderniser le Congo, c'est faire admettre et adopter par les Congolais des comportements plaçant le travail au cœur des priorités collectives et individuelles ; des comportements articulant liberté et responsabilité, propriété privée et solidarité ; des comportements de bon esprit civique et patriotique, d'acceptation de l'autorité impartiale de l'État et de lutte contre l'injustice, l'arbitraire et autres favoritismes.

Moderniser le Congo, c'est augmenter et mieux équiper les structures éducatives à tous les niveaux (primaire, secondaire et supérieur), multiplier les écoles d'excellence pour former des élites, généraliser l'usage des nouvelles technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement supérieur et les introduire dans les cycles primaire et secondaire, promouvoir la formation qualifiante et l'apprentissage.

Moderniser le Congo, c'est également faire passer le taux des enfants ayant accès à l'enseignement primaire de 80% aujourd'hui à quasiment 100% en 2016.

Moderniser le Congo, c'est renforcer l'offre de santé en construisant et en équipant, comme il se doit, des hôpitaux, des dispensaires et autres centres de soins intégrés partout où besoin est ; c'est refonder la sécurité sociale pour qu'elle profite à tous, notamment dans les circonstances de la maladie et de la perte du revenu principal ; c'est apporter l'eau et l'électricité à l'ensemble de la population ; c'est protéger l'environnement, améliorer le cadre de vie et les lieux des activités collectives en rénovant et en assainissant nos villes et villages.

Moderniser le Congo, c'est le doter de très bonnes infrastructures nouvelles : routes nationales et départementales, routes d'intégration régionale, nouveaux ports et aéroports, voies ferrées et voies navigables. C'est la poursuite de la "municipalisation accélérée" et des grands travaux structurants entrepris lors du précédent septennat.

Moderniser le Congo, c'est améliorer sans cesse sa gouvernance et tous les instruments de sa puissance publique, notamment la justice, la force publique et la diplomatie ; c'est rénover en profondeur l'administration publique, la décentraliser effectivement et au mieux afin qu'elle devienne le catalyseur du développement local.
Les préfets, les présidents des conseils départementaux et les sous-préfets doivent désormais jouer effectivement leur rôle conformément aux lois et règlements de la République. Dans cette optique, ils doivent faire évoluer leur action du confort des bureaux à l'activité de terrain afin de mieux impulser le développement.

Mes chers compatriotes,

Je lie la modernisation à l'industrialisation parce qu'industrialiser le pays, c'est la solution appropriée à l'épineux problème du chômage avec son corollaire la pauvreté ; c'est la plus sûre garantie de création des emplois.
1538655-2054685.jpg?v=1250274319
Industrialiser le Congo, c'est l'assurance de la croissance renouvelée s'accompagnant de changements quantitatifs et qualitatifs pour le pays et ses habitants.

Industrialiser le Congo, c'est tout simplement assurer son développement. Ne dit-on pas des pays fortement industrialisés qu'ils sont aussi les pays les plus développés du monde ?
Je vous propose, mes chers compatriotes, que nous travaillions ensemble à industrialiser notre pays principalement par :

- premièrement, la mécanisation de l'agriculture, la mise en production de kilomètres carrés des terres arables avec des techniques modernes et la création des industries agro-alimentaires ;

- deuxièmement, la création, dans le pays, des filières industrielles de transformation de ses principales ressources naturelles, notamment le pétrole et le bois ;

- troisièmement, la production nationale des biens dits manufacturés comme les ustensiles, les textiles, les médicaments génériques, les différents objets de toilette et autres produits couramment consommés dans notre pays ;

- et quatrièmement, enfin, la création des zones économiques industrielles qui se spécialiseront dans des exportations diverses.

Mes chers compatriotes,

Ainsi vous est restitué, dans les grandes lignes, le « Chemin d'avenir », qui est appelé à faire passer le Congo de l'espérance retrouvée à la prospérité soutenue. C'était la vision d'un candidat. C'est désormais le projet de tout le pays. C'est votre projet.
L'avènement du nouveau Congo auquel nous aspirons tous dépend, sachez-le, de votre engagement et de votre détermination à accompagner la mise en œuvre des ambitions révélées dans le « Chemin d'avenir ». Le Congo de la deuxième décennie du troisième millénaire sera ce que vous voudrez qu'il soit. De par votre comportement, votre intelligence et votre effort, vous engendrerez ce nouveau Congo, havre de paix et de prospérité pour tous.

Mais alors, pour qu'il en soit ainsi, changez donc de mentalités. Laissez choir à jamais les mentalités d'assistés, de profiteurs, de personnes en quête perpétuelle de passe-droits et autres facilités. Adoptez des comportements nouveaux et dignes. Adonnez-vous désormais à la rigueur du gain mérité et non aux délices trop faciles et honteux de la magouille. Convertissez-vous à la religion du travail bien fait. Visez tous et pour tout l'excellence. Jetez bas la médiocrité, la tricherie et toutes les autres anti-valeurs.
Je ne surprends personne en affirmant qu'en dépit de nos efforts multiformes, notre pays n'est pas encore, hélas, exempt de corruption, de concussion, de fraude, de détournement de deniers publics et d'autres actes tout autant répréhensibles que néfastes à l'accomplissement du bonheur collectif.


Ici, ce sont les gouvernants qui sont interpellés. Qu'il soit clair pour tous que le peuple ne veut pas et ne doit pas être conduit sur le « Chemin d'avenir » par des dirigeants sans scrupule ni vertu. De même que le peuple ne veut plus et ne doit plus être mené par des hommes qui ne donnent pas le meilleur d'eux-mêmes pour le servir.

Parmi les premières attentes de notre peuple, il y a l'espoir que s'arrête rapidement la dérive morale qui est en train de gangrener notre société.

Je veillerai donc avec davantage de rigueur à ce que les personnes que je nomme aux différentes fonctions d'État soient exemplaires et de bonne éthique, capables de faire respecter, au nom de l'autorité impartiale de l'État qu'elles incarnent, les lois et les règlements de notre pays. Tout manquement, toute faiblesse m'amènera à en tirer les conséquences. Telles sont aussi les exigences du « Chemin d'avenir ».

*****

 

Les présidents du Mali, du Bénin, de la Guinée Equatoriale , d’Angola, de la Namibie, du Burkina Faso, du Cap Vert, du Tchad, de la Centrafrique, de la République démocratique du Congo (RDC) , du Togo et du Burundi ont fait le déplacement de Brazzaville pour assister

11/08/2009

Michael Jackson : 16 millions de CD vendus depuis sa mort

 

Depuis sa disparition le 25 juin, les ventes d'albums du «King of Pop» ont explosé, dont un million et demi rien qu'en France. Un film basé sur les images de ses ultimes répétitions pour ses concerts de Londres sortire en octobre. Calendrier d'une rentrée «jacksonienne»…

 

people-michael-jackson-2482739_1350.jpg

À l'instar de James Dean, Marilyn Monroe ou Elvis Presley, le destin de Michael Jackson aura été fulgurant. De son vivant, il avait atteint le chiffre impressionnant de 750 millions de disques vendus aux quatre coins de la planète.

Depuis sa mort, on avance celui de 16 millions, dont un million et demi rien qu'en France ! L'album Thriller, le plus vendu de tous les temps (devant les Beatles et Elvis Presley) avec près de 104 millions d'exemplaires connaît un regain d'intérêt avec plus de 220 000 exemplaires écoulés en cinq semaines, et le tube de l'été est incontestablement I Want You Back, un single sorti en 1969 ! Les CD History I et II et King of Pop sont actuellement en tête des ventes de la Fnac. Lire la suite

 

 

 

Jesse Jackson vient "beatifier" Blé Goudé

 

C’est un très grand coup que vient de réussir celui que les jeunes patriotes appellent général Blé Goudé. Lui que l’onu traite comme un ennemi de la paix, obtient à une de ses manifestations la présence d’un afro américain de renom, un des soutiens du président Obama des USA. Les USA sont cependant 1e contributeur de l’Onu. Même s’il prétend n’avoir aucun parti pris en Cote d’Ivoire, il est au moins sur que sa présence va béatifier Blé Goudé et remettre en question certains jugements sur sa personne.obama-jackson533.jpg

Stratégiquement, on devrait élever au maximum le potentiel de Jesse Jackson et en faire un lien avec le président Gbagbo, pour alimenter le mythe. Qui est fou ! En tout cas, on a beau le critiquer, mais dans cette affaire, je tire mon chapeau à Blé Goudé

 

08:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Ghana Transport, un service apprécié par beaucoup

« Nos frères ivoiriens s’amusent avec le transport » dit Mme Aka en remuant la tête. Elle est épatée par le service et tout ce qui se passe autour d’elle. Nous sommes dans la gare de STC, plus connu sous le nom de Ghana Transport, à Abidjan- Treichville. C’est une société ghanéenne de transport qui fait la ligne Abidjan, Accra, Lomé et Cotonou.
ghanaT5.JPG
C’est la première fois que dame Aka utilise les services de cette société. Elle apprécie le modèle des cars et la façon dont se fait le chargement, dans une gare sécurisée, entièrement clôturée avec des vigiles partout. Ses cars circulent en convoi. Il est marqué « Convoi humanitaire » dessus, je sais pas si c’est le fait d’une traduction anglaise ou une déformation du mot humanitaire. Peu importe, les gendarmes ivoiriens accompagnent le convoi jusqu’à Noé, la frontière ivoiro-ghanéenne. Ce qui les protége des coupeurs de routes et facilitent le passage des nombreux barrages des forces de l’ordre ivoirienne. Surtout ne me demandez pas quelle partenariat les lie à la gendarmerie.

Une commerçante béninoise à coté me confie, que les policiers ivoiriens sont les plus chiants des différents pays traversés, mais qu’ »avec Ghana Transport, on met moins de temps dans les barrages ».
Il est 9h 50, les quatre cars sortent de la gare avec 20 minutes de retard. Il parait que ce n’est pas un problème, dans 2h ils seront déjà au-delà d’Aboisso. 3 vont jusqu’à Cotonou, au lieu de deux comme d’habitude, du fait de la forte demande, et le dernier s’arrêtera à Accra. ghanaT3.JPG

« Je préfère payer 30 000 FCFA pour Abidjan Cotonou pour un voyage confortable et sécurisé, que d’économiser 5000 FCFA pour souffrir sur la route » a ajouté la commerçante avant de continuer à échanger avec ses parents venus l’accompagner. Les agents de sécurité me menacent de casser mon appareil si je continue de prendre des photos. C’est pas grave, j’ai déjà eu ce que je voulais. De toute façon, je garde de STC, plutôt l’image d’une société bien organisée.

07:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (30)

07/08/2009

Murdoch veut faire payer la presse en ligne

Voila un article qui devrait intéresser Théo, lui qui reflechit sur le modele économique futuriste pour la presse ivoirienne.

*****

Rupert Murdoch fait preuve d'audace en jurant de mettre fin au règne de la gratuité généralisée dans le domaine de l'information en ligne mais le pari est risqué. Le magnat des médias a fait voeu de réussir pour News Corporation ce dont tous ses concurrents rêvent : faire payer l'accès à la presse d'actualité sur la toile. Le secteur bat de l'aile. Ses bénéfices se sont évaporés avec l'avènement d'Internet et la crise économique a accéléré un peu plus son déclin. Aujourd'hui, s'il faut effectivement qu'un acteur de premier plan prenne l'initiative pour faire bouger les choses, le succès est incertain, même pour quelqu'un de la trempe de M. Murdoch. Lire la suite

18:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

06/08/2009

Les multiples vies d'Euclide Okolou

 

juill09-1.JPGJ’ai été interviewé par Philip de Unevieplusriche.com, « le blog qui explique comment tirer le meilleur parti de son potentiel et de ses ressources ». J’ai trouvé le titre de l’article intéressant parce qu’effectivement je trouve que j’ai trop de casquettes. Et le problème est que j’ai du mal à choisir lesquelles abandonner, parce que chacune d’elles est une partie de moi. Lire l'interview ici

 

Quel gachis !!

 

160142_237357735_dsc00012_H231904_L.jpgJe regarde la marmite et je réalise que cela fait au moins 4 heures qu’elle est sur ce foyer allumé. Qu’est ce qu’on peut préparer qui nécessite plus de 4h de consommation de gaz ? Elle m’a répondu, la sauce graine (en lingala, on l’appelle mossaka). Tout ce temps et ce gaz pour un met qui sera dégusté en 15 minutes. Mon évasion m’a conduit à penser également à tout ce que nous dépensons en funérailles et dans les dots. Il y’a des listes de mariage traditionnel qui égalent le capital de vraies PME rentables.

Et je me dis, vanité, vanité, on se dépense tant en vanités. Parfois, on en est conscient, mais personne ne veut s’opposer à la tradition de peur que son nom soit négativement sur toutes les lèvres.

Lire également: La culture africaine tue l'entreprenariat?

 

02/08/2009

L'Italie découvre l'utilité sociale de ses sans-papiers

Le matin ou en fin d'après-midi, on les voit promener les personnes âgées dans le frais des jardins publics. Ce sont les badanti (de badare, "s'occuper" en italien), ces "aides à la personne" dont la société italienne ne semble plus pouvoir se passer. La plupart du temps, il s'agit de femmes étrangères, en provenance des pays de l'Est, et généralement sans papiers. Dans un pays qui vieillit et où les services de sécurité sociale et d'assistance pour personnes âgées ont toujours été quasi inexistants, ces femmes sont devenues indispensables au bon fonctionnement des familles. Tout comme les aides ménagères : les colf, en italien... Lire la suite