topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30/04/2009

Africa Start Up Challenge pour aider au financement de votre projet web

Il fallait que cela voit le jour un jour en Afrique particulièrement en Cote d’Ivoire. Africa Start Up Challenge est un concours qui vise à aider au financement de votre projet web en Afrique. La Cote d’Ivoire est le pays sélectionné pour la première édition. Le dépôt des dossiers a commencé hier 28 avril et se tient jusqu’au 1e juillet prochain.

45955488.jpg Les 5 meilleurs projets sélectionnés seront invités à faire une présentation orale le 23  juillet. Trois d’entre eux seront retenus pour recevoir des lots en fonction de leur rang.

Si vous avez un projet d’entreprise sur internet qui répondra à un besoin de la population, ce concours vous concerne. Cela vous permettra d’économiser sur plusieurs frais, sans compter l’apport en capital de l’organisateur. Ce genre de concours aide à révéler des entreprises et entrepreneurs en Europe.

C’est d’ailleurs en France, qu’est installée Africa 2.0, la structure qui organise ce concours. Au-delà de son célèbre blog www.africa2point0.com, animé par Etum, cette structure travaille également dans la finance, l’agriculture et le développement des projets Ntic.

Plus d’informations sur http://www.africastartupchallenge.com

29/04/2009

Je reconsidère l’action Sonatel

En mi mars dernier, j’ai publié un billet dans lequel j’annoncais que l’action Sonatel allait probablement bondir de 119 000 FCFA son cours d’alors à 155 ou 165 000 FCFA. J’avoue que dans mon analyse je pensais aux 3 ou 4 prochains mois. Cependant, le marché prend une direction ces derniers temps qui poussent à reconsidérer les choses.

RTS_dakar_millenaire2a.jpg

J’ai trouvé que son résultat annuel était plus clair et encourageant que le semestriel à partir duquel la chute de l’action avait commencé. Alors, je me suis dit que le marché reprendra confiance en la valeur. En considérant le fait que l’année passée, les gens avaient accepté un rendement de 7%. J’ai considéré que la même chose allait se reproduire, vu le poids que représente Sonatel sur le marché.

Malheureusement, le marché est très nerveux en ce moment. Tous les indices sont en chute libre. Le paradoxe récent avec la Bicici le montre. Les investisseurs ont choisit d’en rester à 10%. L’information selon laquelle France Telecom était prête à acheter une partie du portefeuille de l’état Sénégalais à 153 000 FCFA l’unité n’a rien changé.

Dans ce contexte, Je m’en contenterai. L'avenir à court terme me semble flou. D’autant plus que l’on se demande si le support actuel de la valeur à 115 000 FCFA n’est pas artificiel. Si par hasard quelqu’un est entré dans Sonatel à cause de ce billet que j’avais posté. Je l’informe que je sors maintenant en le négociant à au moins 117 000 FCFA, soit une rentabilité de 8% en 45 jours.

Peut être qu’une information dans les prochains jours, fera bondir le titre, mais c’est ça la bourse !

28/04/2009

Club Croissances : Le compte titre est ouvert

 

arton13433.jpgUn compte titre a été ouvert cet après midi (28-04-2009) au nom du Club Croissances. Maintenant, les membres peuvent faire leurs versements en toute tranquilité. L’aventure a démarré, nous commencerons à prendre nos premières positions dès que possible à partir de la semaine prochaine. Il y’a encore des places disponibles.

 Le date limite des adhésions avec statut de membre fondateur a été repoussé au 10 Mai. Ce qui veut dire que tous ceux qui adhéreront avant cette date, paieront 10 000 FCFA d’adhésion au lieu de 25 000 FCFA. Tout le mois de mai, la part coûtera 10 000 FCFA.

 Club croissances est un club d’investissement en bourse qui fonctionne dans l’optique de devenir un fonds plus tard. Son président est Euclide Okolou de www.okibat.com et le contrôleur de gestion est le comptable Ouattara Navaga. 

Nous pensons vous informer régulièrement sur notre évolution. Merci à tous pour vos encouragements.

 

Unilever: Et si gardait le secret?

www.okibat.com - Il semble que chaque année, il y’a une entreprise du marché qui ouvre grandement son grenier. L’on se souvient de Shell l’année passée ou de Peyrissac (actuel SDA), l’année d’avant. Cette fois ci, Unilever Cote d’Ivoire semble se présenter comme « le roi du travaillement », pour utiliser une expression populaire des rues ivoiriennes.

logo_unilever.gif

En effet, le conseil d’administration de cette société propose de payer à ses actionnaires un dividende net de 34 200 FCFA, et ce pendant que son cours en bourse est 74 000 FCFA à la clôture de la séance d’aujourd’hui, soit un rendement de 46.21%.

Le responsable d’un fonds d’investissement ivoirien doit en ce moment être aux anges, lui dont la structure avait acheté 1000 actions Unilever au début du mois.

Après la publication de l’information ce matin, l’action Unilever a gagné 2000 FCFA. Qu’en sera-t-il demain ? certains aimeraient bien que l’information soit encore cachée le temps de prendre des positions. Plus de remarques sur les résultats Unilever dans le prochain Objectifs Hebdo.

Euclide Okolou

 

Cameroun: Une gestion pas du tout Catholique

Lepays.bf - Le ministre camerounais de la Communication se trouve depuis quelques jours dans le collimateur de la police judiciaire de son pays pour tentative de détournement de l’argent alloué pour la couverture médiatique de la récente tournée du pape Benoït XVI, du 17 au 20 mars 2009, au Cameroun. Les fins limiers auraient découvert que Jean Pierre Piyiti Bi Essima aurait déposé un total de 130 millions de F CFA sur son compte personnel, ce qui constitue une enfreinte à la réglementation en vigueur qui interdit que de l’argent public soit placé dans un compte privé.

Un acte isolé posé par un seul individu, mais qui remet en cause tout un système. Il est vrai que le Cameroun s’était construit une solide réputation de pays corrompu parmi les plus corrompus d’Afrique, et cela, jusqu’à ces toutes dernières années. Mais on avait aussi osé croire aux vertus curatives de l’opération Epervier initiée au haut sommet des sphères dirigeantes, ces derniers temps, dans le but d’assainir et la morale et les finances du pays. Visiblement, les effets positifs de cette opération "mains propres" se font attendre et il faudra sans doute user de patience avant de les voir naître, grandir et porter des fruits. De l’argent mis de côté par un haut responsable politique, il faut le dire, ça court les rues sur le continent. C’est l’évidence même. Malheureusement. Mais dans ce cas précis, la malversation choque de manière toute spéciale, au regard du contexte spirituel dont elle tire prétexte : la visite papale.

On a de la peine à imaginer que les sacrifices des fidèles, certains de ces derniers donnant de leur indigence, se retrouvent en "lieu sûr", dans un compte personnel, avec pour toute explication qu’on ne "dispose pas de coffre fort" ni dans son cabinet ni à son domicile. Autant l’acte posé est grave, autant est bien mince l’argument pour le défendre. Et l’on se surprend alors à se demander s’il ne traduit pas un véritable dysfonctionnement de tout un système en place. A la limite, un ministre des Finances -on pardonnera le cynisme- ça passe encore. Lui, manipule des sous à longueur de journée. A l’âne qui foule grain, s’il n’est pas muselé, vient la tentattion de s’en offrir de temps à autre, une bouchée. Mais du ministère de la Communication aux espèces sonnantes et trébuchantes, il y avait une réelle distance que le ministre n’aurait pas dû franchir. Assez souvent en Afrique, le premier responsable de ce ministère est également porte-parole du gouvernement. Il a donc obligation d’un minimum de droiture morale. En tout état de cause, il semble bien que l’opération Epervier tarde à prouver son efficacité. L’oiseau a beau chasser le naturel, il revient au galop.

Et si cette indélicatesse ministérielle n’est que la partie visible d’un immense iceberg, ce n’est pas demain la veille que sera sonné le glas de la corruption au pays de Paul Biya. Quelle suite réservera-t-on à l’affaire ? Pourvu qu’elle ne soit pas classée sans suite, comme il est de coutume sur le continent noir, lorsque certaines "affaires" touchent certaines personnalités. Pauvre Benoît XVI qui s’était rendu en Afrique pour y apporter aussi la bonne parole et fustiger certaines pratiques décidément peu catholiques ! Mais peut-être bien que la prochaine fois qu’il y retournera, il insistera davantage sur le Décalogue, et tout particulièrement en son septième commandement (1) : il recommande de manière explicite, le strict respect du bien d’autrui.


Par Jean Claude KONGO

27/04/2009

1 million d'internautes en Cote d'Ivoire

Il y'a un million d'internautes en Cote d'Ivoire, a affirmé aujourd'hui le ministre des Ntic, monsieur Hamed Bakayoko. Le site web internetwoldstats.com doit actualiser ses données, vu qu'il affiche encore 300 000, comme l'année passée.

Aviso de son coté affiche une croissance annuelle d'abonnés de 100% toujours selon le ministre ce soir sur le journal de la première.

Jean Luc Bédié a cédé à mon micro

Le discret fils de l’ancien président ivoirien a cédé à mon micro. Il parait qu’il n’a pas l’habitude de parler à la presse. Lorsque je suis allé le voir pour un article sur sa boite, (j’avoue que j’ignorais ses liens avec le président Bédié).

jlb2.JPG

J’ai trouvé un homme ouvert, sympathique et poli. Lol. Il s’est excusé pour lire le journal que je l’avais apporté pendant que je parlais. Sa salle de marché est la plus jolie de toutes les salles que j’ai vu à ce jour à Abidjan. Ça donne envie d’y travailler.

Autre chose que j’ai noté, c’est sa liberté de parole. Il est indépendant, donc il s’exprime comme il veut, ce qui n’est pas le cas des autres responsables de Sgi, qui craignent leur hiérarchie. Il a dit être heureux de parler de bourse avec un journaliste qui s'y connait.

Sur la vingtaine de société de courtage du marché, la sienne occupe 15 à 20% de part de marché. A ce titre, elle fait partie des leaders en Cote d’Ivoire et j’ai admiré ce fait, lorsqu’on sait que ses concurrents sont liés à de grandes banques locales. Bien sûr, cette absence de réseau bancaire le limite sur certains points.

L’article sur Monsieur Jean Luc Bedié et sa société est disponible dans le numéro actuellement en kiosque d’Objectifs hebdo.

Congo: Tot ou tard, on saura la verité

Ça ressemble à une plaisanterie, mais avec les dirigeants que nous avons au Congo, il vaut mieux le prendre au sérieux. Le vice président d’Agrisa (Agriculture South Africa) a dit à l’agence Reuters que le Congo avait offert 10 millions d’hectares à l’Afrique du sud pour y développer l’agriculture. Le gouvernement congolais s’est ensuite empressé de démentir ces propos, en précisant qu’un accord d’intention avait été signé entre les parties, mais cet accord ne parlait pas superficie.

L188xH200_L188xH200_jpg_Congo-RSA-6d9a3-58cba.jpg
Ces deux versions montrent au moins qu’il y’a eu contact. Alors qu’est ce qui peut pousser cette haute autorité sud africaine à tenir de tels propos ? Lorsqu’on sait que cette superficie représente environ le tiers de la superficie du pays, l’on se demande comment cela est possible. Même lorsqu’on méprise son peuple et son pays, comment imaginer un tel deal ? Il y’a eu un accord d’intention, il y’aura forcement une suite, et l’on saura la vérité.

Lissouba en son temps avait un projet similaire pour privatiser la région du Niari, mais il était présenté autrement, au point que certains ont cru que le paradis débarquait chez eux. A quoi sert une agriculture lorsqu’il y’a pas de routes?
Savez vous combien de tonnes de produits agricoles pourrissent dans les villages ?
A quoi sert il de parler de grandes industries d’élevage à des investisseurs étrangers lorsque depuis 10 ans les congolais vivent sans électricité à coté du 2e fleuve le plus puissant au monde, en plein milieu de l’équateur (soleil à gogo) ?

Dans tout ça je ne donne pas la faute aux dirigeants congolais, mais au peuple qui les supporte ou qui les vote. Il n’a que ce qu’il a désiré ou laissé faire. Ça fait pitié !

26/04/2009

Tirer profit de la vie

Les plus heureux dans la vie ne sont pas ceux qui reçoivent le meilleur de ce que la vie peut donner mais ceux qui tirent le meilleur de ce que la vie leur donne à eux... Fabrice Zagbayou

25/04/2009

LES OBÈSES BIENTÔT OBLIGÉS DE PAYER DOUBLE EN AVION

Faire payer le prix fort aux obèses. Cette idée fait son chemin auprès des compagnies aériennes et même des low-cost. Dernière en date, Ryanair a annoncé qu'une nouvelle taxe pourrait bientôt faire son apparition.

obese-man.jpg

Les compagnies aériennes américaines ont déjà ouvert la voie à des dispositifs similaires. Toutefois, en Europe, la mesure devrait rencontrer quelques difficultés. Les tribunaux ayant déjà sanctionné une telle mesure.

Ryanair mène depuis mars dernier un sondage auprès de ses voyageurs pour connaître quelles nouvelles charges optionnelles elle pourrait introduire. Sur les quelque 100.000 votants, 40% se sont exprimés en faveur d'une taxe pour les personnes obèses, calculée sur l'indice de masse corporelle.
Si l'idée aboutit, la compagnie serait la première low-cost à faire payer ses passagers un peu trop gros. D'autres compagnies traditionnelles, notamment aux Etats-Unis, obligent les passagers obèses ne pouvant pas convenablement s'asseoir sans relever l'accoudoir à payer pour deux sièges ou à réserver en classe Affaires où les sièges sont plus larges.

Lire la suite

Indices boursiers à la Brvm : Objectif « plonger »

On croirait que c’est le mot d’ordre. La bourse régionale des valeurs mobilières termine encore la semaine en baisse. Les indices brvm 10 et brvm composite chutent respectivement de -1.15% à 146.95 points et -1.59% à 139.61 points. Tous les indices sectoriels également sont dans le rouge, excepté celui du secteur public où les 125 FCFA perdu par la Sodeci qui est passée à 11 000 FCFA ont été équilibré par les 50 FCFA pris par la CIE qui est passée à 17 050 FCFA.
Lire la suite

24/04/2009

Fournisseurs de l'etat

PICT0692.JPG

J’avais entendu parler sur la 1e chaîne dans un communiqué d’une réunion que les fournisseurs de l’état avaient convoqué lundi dernier. Et Mercredi j’ai suivi un reportage selon lequel, les fournisseurs remerciaient le président, le ministre des finances, les institutions de bretton-woods, etc pour les dispositions prises pour leur paiement. Le reportage montrait que tout allait bien. J’ai donc été surpris de voir aujourd’hui devant la chambre de commerce au Plateau des fournisseurs en grève de la faim. Il parait, qu’ils y sont depuis 4 jours. Un groupe se réjouit, un autre plaint

PICT0690.JPG


Ils auraient été écartés des paiements pour des irrégularités fiscales. L’un d’eux m’a expliqué qu’avec des impayés de l’état, il ne pouvait pas dans ce contexte de survie, être régulier auprès du fisc. Cependant nous avons eu un petit débat de 5 minutes sur une de leurs revendications. Ils demandent l’annulation des impôts allant de 2000 à 2008. J’ai trouvé cette demande irréaliste. Ils ont quel pouvoir qui conduirait l’état à céder sur une telle revendication ? L’état n’abandonne pas ses créances comme ça. Eux, ils soutiennent qu’à partir du moment où l’état les a privé d’activités pendant cette periode, il doit donc fermer les yeux.
A chacun son combat !

PICT0689.JPG