topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21/11/2008

Bientôt la chasse aux sorcières

J’entends de plus en plus le son muet d’un murmure des organes de presse. Il y’a quelques jours, c’était un post de M kebe Yacouba sur l’atelier des medias dans lequel il parlait des nouvelles technologies de l’information qui menacent la presse africaine. La semaine passée, c’est à l’intérieur d’un journal que j’ai vu une bannière incitant à acheter des journaux et ne pas les lire en commun. Aujourd’hui, c’est à la une que j’ai vu cette même bannière.

Cela me fait dire que notre presse écrite doit avoir des soucis de vente, comme ceux qui ont provoqué des grèves dans certaines rédactions françaises en milieu d’année. En dehors, du fait que les citoyens se passent les journaux, il y’a également notre rôle à nous les bloggeurs et webmasters.

PICT0437.JPG

Je m’adresse surtout aux webmasters. Beaucoup de nos sites reproduisent les articles des journaux locaux. D’abidjan.net à Atoo.ci, en passant par lefromager.net ou Okibat.com, nous utilisons régulièrement leurs articles. Ce qui fait que celui qui arrive dans son bureau est sûr de retrouver au moins un article de la presse locale sur le sujet phare du jour, en visitant nos sites web.

Bientôt les responsables des journaux risquent de se reporter sur nous comme boucs émissaires de leurs problèmes. Or d’un autre coté ils n’ont pas encore su eux même s’adapter et s’approprier le net à leur avantage.

En réalité, les webmasters sont juste une ombre du problème, parce que même s’ils arrêtent de reproduire les articles de la presse locale. Les informations arriveront tout de même sur internet à la vitesse de l’éclair. Il y’a une communauté naissante mais déjà dynamique de bloggeurs qui rapporteront ce qu’ils ont vu de leurs yeux ou à la télé. Je me souviens que pendant les émeutes en Birmanie, ce sont les bloggeurs qui ont fait l’info à la place des médias officiels trop contrôlés. Pendant les manifestations en Thaïlande, certains bloggeurs ont fait du direct filmé sur internet.

Je passe mes journées devant un ordinateur, pourtant à partir de mon téléphone et internet, je sais presque qu’en permanence ce qui se passe dans la ville et dans le monde, avant la publication des journaux le lendemain.

Le vrai problème de la presse locale n’est donc pas aviso.ci ou educarriere.net, bien vrai que je nous encourage à arrêter de reproduire leurs articles. En tout cas, sur Okibat.com, nous travaillons à réduire cette consommation et à en produire nous même de plus en plus.

Le vrai problème de notre presse locale est internet. Il faut qu’elle réfléchisse déjà sur comment le retourner à son avantage. Elle doit peut être chercher déjà à s’inspirer de comment est ce que les autres en occident ont abordé le problème.

Les bloggeurs en général écrivent pour commenter l’actualité, pour s’exprimer. Nous les éditeurs de site internet nous devons nous préparer soit à engager des journalistes pour nous produire du contenu sur le terrain, soit à faire des résumés des infos tirées ici et là. De toute façon, je pense qu’on doit prendre nos dispositions avant que l’on nous confonde avec le réel problème de la presse locale en plus certainement de nombreux autres qu’elle doit avoir. La réflexion est ouverte. Merci

Par Euclide Okolou
www.okibat.com

Les commentaires sont fermés.